Déshabillez vous

Cher Nicolas : J’ai 55 ans, marié, deux enfants maintenant adultes, et je suis propriétaire de trois restaurants français qui marchent tous très forts. J’ai beaucoup travaillé pour en arriver la et pourtant, me voilà incapable d’apprécier la vie que je me suis construite. Le milieu de la restauration française à New York a beaucoup changé, il n’y a plus l’entraide d’avant, j’ai envie de tout laisser tomber mais mon orgueil est plus fort que moi. Mon épouse que j’aime se laisse aller et j’ai une maîtresse de 20 ans ma cadette qui ne me satisfait que sexuellement. Je ne suis pas dépressif, je n’arrive juste pas à trouver la bonne direction pour m’en sortir. Comment faire ? Martin, Manhattan.

Cher Martin,

Lors de notre discussion téléphonique, vous m’avez parlé de beaucoup de choses. Que cela concerne votre vie personnelle ou professionnelle, il y a un point commun à tout ça : c’est très compliqué ! Plus sérieusement, il me semble que vous êtes l’exemple parfait de l’homme qui amasse encore et encore, par peur de perdre quelque chose ou par peur de passer à côté de quelqu’un. Cela ne m’étonne pas que vous soyez le fils aîné de parents divorcés jeunes. Vos responsabilités ont commencé très tôt, trop tôt. A partir de ce jour, laissé tout nu, abandonné à vous même, vous vous êtes habillés de vos amis, de vos amours, de vos joies et de vos peines, de vos victoires et de vos défaites, bref de tous les événements qui font une vie. Lorsque l’on est encore jeune, ce genre de vie va un moment. On veut tout, tout le temps, ce n’est jamais assez, femmes, argent, amis, succès. On se construit une personnalité d’éternel insatisfait. Cela dure un temps, et parfois, c’est vrai, cela aide à réussir sa vie, mais à quel prix ? 40 ans plus tard, cela fait beaucoup à porter, vous ne vous reconnaissez même plus, vous vous êtes perdu, vous vous sentez écrasé.

Si je pouvais vous dessiner aujourd’hui, cela serait celui d’un homme écroulé sous le poids des responsabilités et de ses propres peurs. Écroulé car incapable de lâcher du lest, de se dire, par exemple, « j’ai assez travaillé, je n’ai pas de problèmes financiers, c’est au tour des autres maintenant, moi, je passe à autre chose ». Écroulé a force de faire les questions et les réponses sur tout. Écroulé de ne pas savoir tourner la page sur des événements pas aussi importants que cela. Pourtant, la solution pour vous cher Martin est bien là. Lâcher du lest, oser changer ne serait ce qu’un aspect de votre vie et voir ce que cela donne.

Il faut faire preuve de courage pour passer ce cap car il n’y a plus de retour en arrière possible. « J’ai peur de la réaction des enfants si je décide de divorcer. Si je vends deux de mes restaurants, la jeune génération aura l’impression d’avoir gagné et je n’existerai plus » sont des fausses excuses et sont le prétexte parfait pour ne pas avancer. La réaction de vos enfants, vous ne la connaîtrez que lorsque vous aurez agi, d’un côté comme de l’autre. Si vous vous comportez correctement, leurs réactions d’adultes ne peuvent être que positives. Quant à votre métier, peut être justement serait-t’il temps de laisser la place à la jeune génération en leur transmettant votre savoir faire au lieu de vous bagarrer inutilement contre eux.

Vous cherchez à vous convaincre que vous avez raison parce que vous avez peur du changement, alors que le changement c’est la nature de la vie. Avec tous vos interdits, vous ne laissez pas la vie suivre son cours. Vous vous interdisez de rêver, de faire un break, d’être tout simplement bon et généreux avec vous-même.

« Je porte des habits qui ne me vont plus ». Pour avoir une chance de vous offrir une nouvelle garde-robe et de ressembler enfin à l’homme que vous êtes aujourd’hui, il vous faudra d’abord abandonner ces vêtements que vous portez depuis bien trop longtemps. Fixez vous un objectif à court terme, entre 3 et 6 mois, et faites l’effort de ne pas voir au-delà. Vous pourriez commencer par résoudre les problèmes que vous rencontrez dans votre travail. Stabiliser votre vie professionnelle c’est faire la paix avec vos propres démons, ceux de l’homme qui amasse tout. Il est fort probable qu’ensuite, le regard que vous porterez sur votre vie personnelle sera bien différent de celui d’aujourd’hui, faussé qu’il est par vos angoisses existentielles. Que vous decidiez de vivre avec votre femme, votre maîtresse ou en célibataire, c’est votre choix, vous êtes l’expert de votre vie. En tant que coach, je ne suis pas là pour vous dire ce qu’il faut faire, mais pour vous accompagner dans votre réflexion afin que vous trouviez la réponse qui est en vous. Je ne vous conduis pas à faire le bon choix. Je vous conduis à faire un choix, le vôtre.

Armez vous de patience et de détermination, servez vous de votre orgueil, mais cette fois ci bien placé, et faites-vous aider par un professionnel si vous en ressentez le besoin. Votre but est d’alléger votre vie. Plus vous allez vous diriger dans cette direction, plus vous allez faire connaissance avec l’homme que vous êtes en train de devenir, celui que vous êtes vraiment.

Pour en savoir plus sur ce qu’est le coaching avec Nicolas Serres-Cousiné, visitez son website www.monlifecoach.com