Décès de Jacques Habert, serviteur des Français de l’étranger

Sénateur des Français de l’étranger pendant près de 30 ans, Jacques Habert est décédé dans la nuit de lundi à mardi, a annoncé la Sénatrice des Français établis hors de France Joëlle Garriaud-Maylam. Il était âgé de 92 ans.

M. Habert a passé près d’un demi-siècle au service des Français des Etats-Unis. Elu à l’Assemblée des Français de l’étranger en 1959, il est devenu sénateur en mars 1969 en remplacement de Henri Longchambon. Il a été élu en 1971 et réélu à deux reprises, décidant de ne pas se représenter en 1998. Pendant son mandat, il a notamment été à l’origine de l’ANEFE, une association représentant les écoles françaises à l’étranger.

Outre ses portefeuilles parlementaires (secrétaire du Sénat, secrétaire et vice-Président de la commission des affaires culturelles), il a dirigé la publication France-Amérique pendant 18 ans et enseigné au Lycée français de New York. Premier Français à recevoir l’Ordre national du Mérite, il a également été vice-président de la Fédération des Anciens Combattants Français à partir de 1946.

Il est l’auteur de deux ouvrages sur la naissance de New York, dont La vie et les voyages de Jean de Verrazane (1964) en référence au navigateur italien du XVIe siècle qui partit à la découverte du la côte Atlantique des Etats-Unis et donna son nom au Verrazano Bridge entre Staten Island et Brooklyn. En 1993, il signe Verrazane – Quand New York s’appelait Angoulême.

« Nous sommes nombreux à avoir apprécié sa fougue, sa combativité, son talent oratoire et son investissement au service des causes chères aux Français de l’étranger, et en particulier celle de l’enseignement », a souligné Joëlle Garriaud-Maylam, dans un message posté sur le site de l’UFE (Union des Français de l’étranger) dont M. Habert était membre depuis 1959.

Mikå Mered, co-fondateur du think tank expatrié Génération Expat’ salue sur Facebookun homme d’une grande intégrité au Palais du Luxembourg”.