Dans les rues de New York, elle court contre la maladie

infos pratiques

 

Pour faire un don, c'est ici

Audrey Carie-Savage a un ami, Gérard, qu’elle connait “depuis toujours“. “C’était le fils de ma nounou“, raconte  la jeune femme de Saint Chamond (Loire), qui travaille à New York.

Il y a deux ans, Gérard a appris qu’il avait la maladie de Charcot. Cette pathologie presque toujours mortelle se caractérise par une perte de contrôle des muscles. La mobilité se réduit, l’usage de la parole aussi. “Il est resté très positif, glisse Audrey. Je suis très admirative de son comportement“.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Pour aider Gérard (ci-contre), elle a décidé de se lancer un défi. Le 16 mars, elle va courir le semi-marathon de New York sous les couleurs de l‘ARSLA (Association pour la Recherche sur la Sclérose Latérale Amyotrophique), une association qui vient en aide aux malades de Charcot. Audrey Carie-Savage a lancé une campagne de collecte de dons en ligne pour recueillir des financements pour l’association et promet d’arborer le nom des donateurs lors de la course.

Les proches de Gérard disaient souvent: ‘on ne sait pas quoi faire, comment l’aider?’, se souvient-elle. Les Américains font toujours des levées de fonds pour tout et n’importe quoi, contre le cancer ou partir en vacances. J’ai trouvé ça ‘inspiring’“.

La sportive, qui s’entraine 3 à 5 fois par semaine, a déjà couru le semi-marathon de New York. C’était l’an dernier. La course traverse Manhattan, de Central Park à Wall Street en passant par Times Square.

Depuis l’ouverture de la plateforme de collecte en ligne, elle a récolté presque 7.000 euros. “Il n’y a pas de limite, au contraire“. L’argent permettra notamment à l’ARSLA d’acquérir du matériel pour améliorer les conditions de vie des malades, comme des fauteuils roulants et des appareils d’aide à l’expression.

Gérard suit l’avancée de la collecte. Il regarde régulièrement. Ça lui fait chaud au cœur de voir qu’il n’est pas tout seul et que les gens se sentent concernés, dit-elle. On est vite dans notre petite routine de tous les jours. Ça lui envoie un message positif de voir que les gens qui le connaissent ou que les gens d’autres pays participent et lui mettent un petit mot d’encouragement“.

 

infos pratiques

 

Pour faire un don, c'est ici