Cropp, des visites guidées en immersion dans les galeries de Manhattan

Paul Vinet à la galerie Salon 94. Photo: French Morning, avec l'aimable autorisation de la galerie et de l'artiste Nathaniel Mary Quinn.

Infos pratiques

Croppart
Visites guidées de 6 personnes maximum à Chelsea et dans le Lower East Side.
Site 

 

 

Des pièces blanches et silencieuses, des oeuvres d’art au sens mystérieux. Pour certains, les galeries d’art contemporain sont des endroits intimidants, élitistes et pas franchement accueillants. Pour Paul Vinet, elles sont des lieux de découverte et de réflexion sur le monde, dont il serait dommage de se priver. Surtout à New York, où on en dénombre environ 600. Un chiffre colossal qui reflète un marché de l’art contemporain frénétique.

Dans les rues du Lower East Side, parmi la centaine de galeries qui s’y sont pris implantées, certaines sont difficiles à repérer au premier coup d’oeil : devantures discrètes, logées dans une impasse peu fréquentée, ou nichées au fond d’un couloir pour celles n’ayant pas les moyens de se payer une location avec vue sur rue. Il y a deux ans, Paul Vinet, Français naturalisé américain et sa compagne, Pilar Zimmermann, Péruvienne, ont commencé à offrir des visites guidées dans ce quartier de Manhattan ainsi qu’à Chelsea.

Les gens vont au musée mais ils n’ont pas le réflexe de franchir l’entrée d’une galerie. Ils ne savent pas forcément que c’est gratuit et que l’on n’est pas obligés d’acheter une oeuvre”, commente Paul Vinet, qui fut autrefois directeur de plusieurs galeries à Paris.

Faire travailler l’esprit

Paul Vinet et Pilar Zimmermann racontent être “tombés amoureux” en contemplant de l’art. En 2014, le couple a fondé sa société, Cropp, proposant notamment des conseils aux potentiels acheteurs, pour “discerner les artistes originaux qui ont une vraie voix de ceux qui créent pour plaire au marché”, précise Paul Vinet. “Il faut savoir faire le tri au milieu de toutes les options disponibles à New York”, ajoute Pilar Zimmermann.

Pour eux, un critère primordial : que l’artiste soit “pertinent” sur notre époque. Ainsi, leurs pérégrinations nous amènent devant les oeuvres d’Amanda Valdez, qui évoquent le corps des femmes, de Nathaniel May Quinn, imprégnées par la pauvreté et la violence de Chicago, ou encore de Rafael Lozano-Hemmer, artiste qui utilise de nouvelles technologies pour illustrer l’impact de l’Homme sur la planète.

C’est tellement enrichissant de regarder de l’art contemporain, s’enthousiasme Paul Vinet. Cela fait travailler l’esprit et cela nous donne une nouvelle lecture du monde.

Artiste lui-même, ce dernier a créé entre 2000 et 2005 une série d’oeuvres sur un New York dépourvu d’affichages publicitaires. Il a développé des photos de Times Square et a peint en blanc les fameux grands écrans. “Sans ce repère, les gens ne savent plus où la photo a été prise”, observe-t-il, amusé. Une façon, là encore, d’apprendre à regarder le monde autrement.

Infos pratiques

Croppart
Visites guidées de 6 personnes maximum à Chelsea et dans le Lower East Side.
Site