Pourquoi croise-t-on des collecteurs de bouteilles vides à New York ?

A New York, vous avez sans doute déjà croisé des personnes armées de grands sacs ou de chariots, ouvrant méthodiquement les poubelles de votre quartier à la recherche de bouteilles vides. Pourquoi ?

Parce que ces bouteilles ont un prix. A New York, la loi dite “Bottle Bill” de 1982 impose à chaque vendeur de bouteille d’eau ou de canettes de facturer un “deposit” de cinq centimes, au nom du recyclage.

Cette caution, on peut en théorie la récupérer si vous rendez le contenant vide à un “Redemption center”, ou une “redemption machine”. Ce système permet à ces collecteurs de toucher la caution de 5 centimes quand ils rapportent la bouteille.

Mais attention, la “Bottle Bill” est limité à certains types de contenants : les bouteilles d’eau, d’eau gazeuse, les canettes et bouteilles de verre… Mais en aucun cas les bouteilles de jus de fruits, de thé glacé ou d’eau contenant du sucre, sous peine de recevoir une amende.

La “Bottle Bill” a en tout cas été efficace : selon la Mairie de New York, le nombre de bouteilles vides qui trainent dans la rue a été réduit de 70%, et la loi a permis de recycler 6 millions de tonnes de matériel.

Les “canners”, comme on les appelle, sont des sans-abri, d’autres font cette collecte pour arrondir leurs fins de mois, comme le raconte “Redemption”, un documentaire consacré à ces personnes. Selon l’auteur de ce film, il y aurait plus de 5.000 “canners” réguliers ou occasionnels à New York.

Les revenus qu’ils peuvent tirer de cette pratique ne sont pas très élevés. Des journalistes du magazine Brokelyn.com ont testé la collecte : pour une heure à fouiller dans les poubelles à deux, ils ont récolté un peu plus de cinq dollars. Trouver des machines ou des endroits qui acceptent les bouteilles vides n’est pas évident, et il existe de multiples limitations sur le nombre de bouteilles qu’un individu peut rapporter en une seule fois.