Au consulat, les Français de New York mobilisés contre l’anti-sémitisme

Les consuls européens au consulat de France, mercredi / MB

Moment très solennel dans les locaux du Consulat Général de France à New York. Mercredi 27 février, une réunion de mobilisation contre l’anti-sémitisme était organisée à l’appel de la consule générale Anne-Claire Legendre.

Près de deux-cent cinquante personnes étaient présentes pour assister aux discours de la diplomate française et du consul adjoint de Roumanie Călin-Radu Ancuta. David Harris, PDG d’American Jewish Committee, et Robert Singer, PDG du World Jewish Congress, deux associations juives, ont également exprimé leurs sentiments sur la situation en France et apporté leur soutien.

Avec une quinzaine de consuls généraux européens présents, ce rassemblement venait répondre aux différents actes extrémistes et anti-sémites qui se sont déroulés en France et aux Etats-Unis ces derniers mois. En France, le ministère de l’Intérieur a récemment indiqué que les actes anti-sémites avaient bondi de 74% en 2018 (voir notre infographie sur le sujet).

Dans une salle comble, des discours poignants ont été prononcés par les intervenants, porteurs d’un message clair : “Dire non à l’anti-sémitisme“.

Călin-Radu Ancuta, consul général adjoint de Roumanie, souhaitait rallier son pays à cette cause : “Je suis triste d’être-là ce soir. Nous avons besoin d’être ensemble pour combattre l’anti-sémitisme et les discriminations. Un pays n’est démocratique que si les droits de ses citoyens sont respectés. Combattre l’anti-sémitisme et l’intolérance est la priorité de la Roumanie.

Je suis venue ce soir tout d’abord par solidarité, et puis parce que je condamne les actes anti-sémites commis tant en France qu’aux Etats-Unis et qui malheureusement prennent de l’ampleur. Le gouvernement et les autorités locales devraient prendre très au sérieux cette situation et agir vite avec des mesures“, témoigne Rachida Meshery, participante au rassemblement.

Danielle Walker, Française d’origine juive, s’interroge elle sur l’avenir de sa communauté en France : “Je suis très inquiète. Je voudrais que le gouvernement d’Emmanuel Macron prenne plus d’actions pour protéger cette communauté. Parmi mes amis et ma famille en France, beaucoup veulent partir. Je ne vois pas comment on peut encore avoir cet anti-sémitisme aujourd’hui, cela ne devrait pas se passer“, explique la Française.

La consule Anne-Claire Legendre a tenu à rassembler la communauté française de New York pour montrer la participation de la France dans la lutte contre l’anti-sémitisme : « Il est indispensable et urgent de manifester l’unité de la nation face à l’anti-sémitisme. Il s‘agit du problème de la République, c’est notre problème à tous. C’est une haine qui attaque l’universalité des droits. La France et les Etats-Unis collaborent pour lutter contre cette haine. »

Décrit par l’ancien premier ministre israélien Shimon Peres comme « le ministre des affaires étrangères du peuple juif », David Harris a profité de l’événement pour faire passer un message : « L’anti-sémitisme n’est pas le problème des juifs, c’est le problème des Français, des Belges, de l’Union Européenne… qui doivent garantir la paix et la prospérité. Nous sommes ici pour combattre cela, nous avons tous un objectif commun», explique-t-il.

À la suite des différents discours, des textes de Simone Veil et d’Elie Wiesel ont été lus par deux étudiantes du Lycée français. Suite à ces mots forts et émouvants, une prestation musicale est venue clore le rassemblement: Virgil Boutellis-Taft, violoniste soutenu par l’Entraide Française, a fait résonner la Marseillaise au premier étage du Consulat avant d’ouvrir un moment de recueillement.

Anne-Claire Legendre a confirmé son vœux de réunir tous les citoyens français autour de cette cause. « Il y a vraiment une mobilisation de la part de nos citoyens qui ont manifesté ce soir le besoin de montrer que, eux aussi à New York, ils se mobilisent contre cela. Nous avons voulu réunir toute la communauté française autour de cet objectif et montrer qu’au delà des appartenances partisanes et des croyances de chacun, on est tous ici pour porter ce message, autant avec nos collègues européens que nos partenaires américains. »