La Compagnie: la classe affaire moins chère entre Paris et New York

La nouvelle compagnie “tout business” entre Paris et New York a officiellement dévoilé son nom dans la Grosse Pomme ce mardi. Ce sera… “La Compagnie”.

Co-fondateur de l’entreprise, Peter Luethi explique que le nom s’est imposé: “Les deux agences de publicité qui ont planché sur ce projet pour nous ont toutes les deux proposé ce nom“. DreamJet, le premier nom rendu public le mois dernier, reste le nom de la société “mère”.

L’idée de vols entièrement “classe affaire” n’est pas nouvelle. Plusieurs avaient vu le jour dans les années 2000. Toutes ont depuis disparu, ou ne sont plus “exclusivement business“, comme Open Skies qui opère entre Orly et JFK. “Mais depuis, la concentration de l’industrie a abouti à une baisse des capacités et donc une hausse des prix. Le moment est parfait pour lancer ce service exclusivement ‘business’ à petit prix“, note Peter Luethi.

La Compagnie promet des prix 35 à 50 % moins chers que la concurrence, avec des allers-retours à partir de 1.800$ et jusqu’à 4.600$. Pendant l’été, une offre spéciale de lancement permettra d’acheter deux allers-retours pour 1.776 euros, valable jusqu’au 5 septembre. Cette offre ne vaut pour le moment que pour les billets achetés en France, où la vente est ouverte (sur le site www.lacompagnie.com) depuis lundi.

Aux Etats-Unis les billets ne pourront être mis en vente qu’après réception de l’agrément fédéral, “fin juin ou début juillet” mais l’offre de lancement faite de ce côté-ci de l’Atlantique sera “tout aussi séduisante” promet Jean-Charles Périno, directeur général délégué de La Compagnie.

Dans un premier temps, les vols auront lieu cinq jours par semaine (départ de Paris à 17h50 pour arriver à Newark à 20h30, retour à 21h45 avec atterrissage à Roissy à 11h15), avant de passer à six en septembre puis sept jours à l’automne. Les dirigeants prévoient d’ajouter un deuxième avion en décembre “soit sur la même ligne pour doubler la capacité, soit une autre destination, en fonction des résultats des premiers mois“.

A l’intérieur de la cabine, “un confort business qui n’est pas le plus luxueux du marché, mais le meilleur rapport qualité-prix” promet Peter Luethi. Les 74 fauteuils s’inclinent à 180° (mais n’offrent pas la position totalement horizontale). Les repas sont servis à l’assiette par les trois hôtesses ou stewards. Le divertissement est assuré par une tablette Samsung Galaxy et, à partir de l’automne, une connection wi-fi.

La Compagnie a levé 30 millions de dollars auprès d’investisseurs principalement français et européens, dont Charles Beigbeder,  co-président du conseil de surveillance et Michel Cicurel, ex-patron de la Compagnie financière Edmond de Rothschild, réunis par le PDG Frantz Yvelin, qui fut à l’origine également de l’Avion, compagnie lancée en 2007 et depuis rachetée par Open Skies (propriété de British Airways). Un groupe d’experts qui croient dur comme fer au “tout business low cost“.