Comment trouver un stage aux Etats Unis?

LIRE LA VERSION 2014 de cet article ici

Faire un stage aux Etats Unis, c’est d’abord se soumettre à un cadre légal strict: ils ne sont possibles que dans le cadre de programmes structurés par des organismes sponsors, habilités par le Département d’Etat américain à délivrer le formulaire D-2109, prérequis nécessaire à l’obtention du visa prévu pour les stagiaires, appelé visa J-1.

L’idée est d’apparenter ces expériences à une formation professionnelle plus qu’à un véritable travail. Du coup, il existe un certain nombre de professions dans lesquelles il n’est pas possible de faire des stages aux Etats Unis. La liste de ces activités est publiée par le Département d’Etat Américain aux affaires culturelles et à l’éducation . De la même manière, la règlementation se veut de plus en plus stricte, notamment depuis les nouvelles normes entrées en vigueur en juillet dernier: la durée d’un stage est de 18 mois maximum et ne peut désormais plus être obtenu qu’une seule fois dans le cadre de sa formation. Plus d’informations sur le cadre légal? Voir la page dédiée aux stages du site de la Maison des Français de l’Etranger.

Trouver un employeur.

Deux solutions: la démarche personnelle ou les agences de placement. Dans le premier cas, les spécialistes sont unanimes: cibler au maximum son projet en fonction de ses propres attentes et de la façon dont on veut enrichir son CV. “Envoyer 500 CV aux entreprises américaines ou françaises basées aux Etats Unis ne vous apportera que des réponses négatives” affirme Maryam Bozorgmehr, la directrice de l’agence Parenthèse Paris, spécialisée dans les programmes de jobs et de stages à l’étranger. ” Démarcher les entreprises pour un stage aux Etats Unis est souvent une aventure personnelle, entre networking et candidatures spontanées. Néanmoins, les agences de placement se chargent de trouver des stages à l’étranger, ainsi que la prise en charge de la demande de visa, et bien souvent l’hébergement, voire les cours de perfectionnement en anglais. Bref, une option qui facilite bien des démarches, bien que le coût de ces formules “clé en main” soit assez élevé, pouvant aller de 550 à 2000 euros, voire plus, selon le type de service et la durée du séjour proposé. A voir, donc, surtout si le stage n’est pas rémunéré. Vous trouverez ici une liste non exhaustive d’agences de placement.

Pour d’autres, on n’est jamais mieux servi que par soi même. Mais à condition de savoir où chercher. A cet effet, plusieurs organismes publient des revues dans lesquelles on trouve des annuaires ou des listes d’entreprises:

– Le Centre Français du Commerce extérieur (CFCE) propose la consultation sur place, à Paris, des listes d’entreprises. On peut par ailleurs se les procurer à la Librairie du Commerce international. Voir sur le web: Ubifrance

– La Chambre de Commerce Franco-Américaine à Paris publie également une liste de ses entreprises adhérentes sur le territoire Français et Américain. Le site internet propose également des offres d’emplois, ainsi que l’annuaire des chambres de commerce Franco-Américaines aux Etats Unis.

Eventuellement, consulter les magazines économiques américains, tels que Fortune, Business Week ou Forbes peut être utile, ces derniers publiant régulièrement des listes des entreprises américaines les plus importantes. Enfin, le site du New York Times propose des petites annonces spéciales pour les bilingues.
Enfin, certains organismes, comme le CCUSA offrent des stages pratiques aux Etats Unis pour un maximum de 6 mois. Les candidats ont la responsabilité de trouver une société qui leur offre un programme de stage dans l’une des catégories approuvées par l’organisme. Le CCUSA aide à coordonner les candidatures et les entreprises.

Une fois votre stage dégoté, il vous faudra aquérir le fameux Visa J-1 et passer obligatoirement par un organisme sponsor. Cela dit, prendre contact avec un organisme sponsor avant d’avoir trouvé votre employeur n’est pas inutile, dans la mesure où la plupart d’entre elles vous donneront les bons conseils et les bonnes adresses pour optimiser vos recherches, même si elles ne sont “pas des agences de placement” comme l’affirme M. Bozorgmehr à Parenthèse Paris.

Les organismes sponsor et les chambres de commerce

Il existe plusieurs organismes spécialisés dans les programmes de stages internationaux aux Etats Unis. Ils sont les seuls à être habilités à délivrer le fameux formulaire D-2019, sésame qui vous permettera d’obtenir le visa J-1, catégorie “intern”, que votre stage dure plus ou moins de 3 mois ( 18 mois maximum). Vous pouvez soit vous adresser directement à eux, soit passer par votre employeur si vous avez déjà été recruté. Dans un certain nombre de cas, les entreprises travaillent directement avec les organismes sponsor, comme ça été le cas pour Nicolas, étudiant à Science Po Paris, qui vient de faire un stage d’un an à Calyon, une banque d’investissement française basée à New York. “A partir du moment où j’avais passé mon entretien à Paris, la boîte s’est chargée de m’obtenir mon visa” dit-il. Certaines entreprises elles-mêmes peuvent être habilitées par le Département d’Etat, mais c’est un cas de figure assez rare, surtout depuis la nouvelle règlementation. “L’alourdissement des procédure encourage les entreprises à passer par des organismes tiers” ajoute Mme Bozorgmehr.

– Le Council for International Educational Exchange (CIEE) existe depuis 1947, c’est le plus gros organisme sponsor aux Etats Unis, avec plus de 5000 stagiaires par an sur l’ensemble du territoire américain. Depuis 2004, le CIEE est en partenariat exclusif avec l’agence Parenthèse Paris.

– L’AIPT, propose, outre les démarches de visa, d’aider à la recherche d’un stage aux Etats Unis.

IIUSA est un organisme sponsor qui aide à la recherche d’un stage aux Etats Unis, plus particulièrement en Californie.

Les Chambres de Commerce franco-américaines

Une autre solution consiste également à passer par les chambres de commerce franco-américaines implantées dans plusieurs grandes villes des Etats Unis. Pour Christopher Gallagher, le directeur exécutif de la chambre de commerce franco-américaine de New York, cela permet notamment de cibler son projet: “75% de nos stagiaires travaillent dans la banque et dans la finance (…) nous ne sommes pas une agence de placement, mais nous conseillons fortement aux candidats d’avoir une idée précise de ce qu’ils veulent faire“. A Paris, la chambre de commerce franco-américaine propose d’ailleurs une liste de plusieurs centaines d’entreprises américaines et françaises adhérentes.

– L’European American chamber of commerce de Paris, voir sur le site web la liste des chambres de commerce sur le territoire américain.

– La chambre de commerce franco-américaine de New York s’occupe de déterminer l’éligibilité du stagiaire pour un visa J-1, et permet aux candidats d’accéder à de nombreuses informations sur les entreprises new yorkaises, notamment dans la finance.

Pour se renseigner sur les visas:

Ambassade des États-Unis en France
2 avenue Gabriel
75008 Paris, France
Tel: 01 43 12 22 22
Fax: 01 42 66 97 83

Consulat Américain
2, rue Saint-Florentin
75382 Paris Cedex 08
Tel: 01 43 12 22 22
Fax: 01 42 66 97 83