Colère après l’annulation de crédits budgétaires pour les Français de l’étranger

Le Quai d’Orsay devra se serrer la ceinture. Le gouvernement a décidé d’annuler plus de 165 millions d’euros de crédits de paiement inscrits au programme “action extérieure de l’Etat”, dont dépendent les Français de l’étranger. Le décret est paru au Journal Officiel du 21 juillet. Quelque 163 millions d’euros d’autorisations d’engagements (qui correspondent à l’engagement juridique des dépenses) ont également été supprimés.

La mission “action extérieure de l’Etat” est composée de trois postes de dépenses appelés “programmes”: “action de la France en Europe et dans le monde”, “diplomatie culturelle et d’influence” et “Français de l’étranger et affaires consulaires”. Ces missions couvrent des domaines variés comme le financement du réseau des Alliances françaises et instituts culturels français à l’étranger, les subventions de l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger (ou AEFE, gestionnaire du réseau d’établissements français à l’étranger) et le fonctionnement des ambassades et des consulats.

95 millions d’euros de crédits de paiement (qui correspondent au paiement des dépenses engagées) ont été annulés pour la première mission, et respectivement 60 millions et 10 millions pour les deux autres.

Ces baisses, qui interviennent dans le cadre de l’effort budgétaire entrepris par le gouvernement Philippe, ont été dénoncées par plusieurs représentants des Français de l’étranger. Le sénateur socialiste Jean-Yves Leconte a appelé l’action extérieure de l’Etat et les Français de l’étranger “les grands sacrifiés du nouveau monde“, notant que les affaires étrangères et la sécurité représentent “les annulations de crédits les plus importantes proportionnellement aux budgets votés“.

Il s’inquiète des répercussion de ces coupes sur les bourses scolaires dans les pays où les établissements sont gérés par l’AEFE – ce qui n’est pas le cas de l’essentiel des écoles aux Etats-Unis qui sont privées de droit local – et de l’impact sur le réseau consulaire, notamment sur le sol américain où plusieurs recrutés locaux lui ont déjà fait part de leur mécontentement face à leurs salaires.

Les Français de l’étranger vont être parmi les principales victimes des coupes budgétaires décidées par le nouveau gouvernement, affirme pour sa part Olivier Piton, délégué Les Républicains pour les Etats-Unis et numéro 2 de la liste LR Français de l’étranger pour les élections sénatoriales de septembre. Pendant la précédente législature, les cinq députés des Français de l’étranger (de l’opposition) avaient su se faire entendre. Là, aucun député LREM des Français établis hors de France n’est intervenu pour dénoncer ces annulations de crédits et défendre nos compatriotes qui vont subir de plein fouet ces coupes sombres.

L’ensemble des programmes mis en œuvre par le ministère est affecté, y compris ceux qui concernent directement les Français de l’étranger, confirme le ministère de l’Europe et des affaires étrangères. Nous veillerons à apporter à nos compatriotes dans le monde le meilleur service possible dans le cadre de l’effort budgétaire qui nous a été demandé”.

- Services -
PARTAGER
Photo du profil de Alexis Buisson
Arrivé à New York en 2006 après un an à Boston, Alexis Buisson est rédacteur-en-chef de French Morning depuis 2011. Il est aussi le correspondant du journal La Croix à New York.
  • Réaumur-Sébastopol

    Les Français des États-Unis ne remercieront pas J-Y Leconte. En effet, le montant (« l’enveloppe ») des bourses scolaires pour les États-Unis dépasse (dépassait ?) largement les 2 000 000 €.
    Conséquence prévisible, les établissements homologués par le Ministère de l’éducation nationale vont y perdre les derniers élèves de classe moyenne qui y restaient. Ce qui en fera des écoles soi-disant françaises, pour les super-riches, avec quelques élèves de familles précaires pour faire illusion, ces derniers recevant des bourses que les établissements en question attribuent avec parcimonie pour faire semblant de se donner bonne conscience.

    • Kernévénaz

      La plupart des ces familles sont prises en charge par leurs employeurs , tous frais payés , j’en suis témoin seul les modestes ont des bourses , commençons déjà par vérifier qui paie vraiment plutôt que rembourser ces frais aux employeurs , et continuons à aider les plus modestes .

      • loupgaulois

        Moi aussi je suis témoin car français a l’étranger et pour scolariser ma fille 500€ par mois sans compter cantine transport etc. Pas droit aux bourses car trop riche…revenu de 2000€/mois par contre les expatriés oui c’est leur entreprise qui paie. Ou est la justice sociale ? Tout a fait d’accord pour lesboyrses aux plus démunis sauf que il faudrait revoir ce qu’est un démuni.

        • ROY

          vivre à l étranger est leur choix ils doivent se suffire à eux memes point final mais également payer leurs impots là où ils travaillent ou sont en retraite.

          • Allamanda 50

            mais bien sure Monsieur nous sommes retraites à l’étranger et nous assumons merci !!!!

        • Kernévénaz

          Bonsoir , effectivement mon exemple n’est pas général , je parle du Luxembourg , pays qui a décidé de subventionner les écoles comme le lycée Vauban afin de faire baisser les charges de moitié il y a plusieurs années et c’est là que mon exemple a un intérêt .

      • Ourida Tagnit

        suis de votre avis…tout pris en charge par l employeur..tout BENEF…

        • xuxa

          Seul 1 employeur sur 4 prend aujourd’hui en charge les frais de scolarité des enfants d’expatriés.

      • xuxa

        Une mise au point, les contrats expats avec prise en charge par l’employeur des frais scolaires c’est quelque chose qui se raréfie, aujourd’hui les français se voient le plus souvent embauchés en contrat local et rencontrent de grandes difficultés á scolariser leur enfant dans un lycée français de l’étranger; ceux ci voient leur prix s’envoler depuis une décennie…

    • Benoit Meister

      Ces sous sont pour le moment diriges vers les Lycees Francais, des etablissements prives tres chers (dans les 40 000 dollars par an, y compris pour la maternelle, parce que ces programmes sont majoritairement soutenus par les employeurs d’expats), ce qui est une facon inefficace de depenser l’argent du contribuable, quand on sait que des programmes bilingues existent (et peuvent se multiplier pour pas cher) dans les ecoles publiques (et donc quasiment gratuites) americaines, ouvertes aux pas trop pauvres comme aux pauvres. Comme l’ont suggere les elus LREM en Amerique du Nord lors de leur reunion de lancement de campagne, l’argent devra etre redirige vers ce type de solution, nettement plus efficace et plus juste vis-a-vis des contribuables non-expatries.

      • Bertrand Weissgerber

        Et les contribuables expatriés (qui n’ont pas le statut et les avantages des expats) qui paient néanmoins des taxes et impôts (CSG / CRDS, IR, ISF, etc.. etc… parfois même en double imposition) sans n’avoir droit À RIEN (et le plus souvent à moins que rien car ils doivent compenser l’absence de services dignes de ce nom et payant des tiers privés !!!). C’est juste ?

        • Jean Francois

          Et ma belle fille thaïlandaise à qui l’on impose de prendre l’assurance voyage au dépôt du dossier de demande de visa “visite familiale” et à qui l’on refuse le remboursement de l’assurance après le refus de visa, c’était il y a 5 ans à Bangkok, un très mauvais souvenir, Monsieur Weissgerber. Qu’en pensez vous?

  • youre_so_rad

    Amusant quand on sait que les français de l’étranger lui ont donné un quasi-plébiscite.

    • Chronos

      Petite rectification, seulement 20% des français aux États-Unis ont voté aux dernières élections. Ce qui est très différent. Les 80% de ceux qui n’ont pas votés n’en attendent absolument rien.

      • youre_so_rad

        1. je parlais des français de l’étranger, qui ne se résume pas au seul territoire des États-Unis.
        2. le taux d’abstention était exactement le même il y a 5 ans (80%), lorsque Lefebvre a été élu. pourtant, on entendait à cette époque beaucoup moins cette petite musique…

        • Emmanuel Heligon

          chronos a tout a fait raison, expat de europe de l’est, meme chose ici, meme chose en asie

          • youre_so_rad

            Des expats en Europe de l’Est? Déprimant.

          • Doudida Dada

            pourquoi? c’est chouette l’europe de l’est.

      • C’est une interprétation très personnelle de l’abstention…

    • Ourida Tagnit

      est ce une raison

      • Gwenael Roux

        oui ils ont choisi Macron maintenant ils assument et surtout qu’ils arrêtent de beugler

  • Aigoual

    Maintenant qu’ils sont venus en grande pompe quémander nos votes, on peut aller se rhabiller

  • Wlad Deep

    Alors on paye tous les erreurs des elections d’une majorité de droite a qui les autres n’interesent pas!! Alors maintenant on fait quoi?

  • vilay oudama

    Bien fait. Il ont choisi un européiste à la botte de Bruxelle, qu’ils en payent les conséquences

  • Khanittha Khunkaew

    Après le rêve et sa campagne, le réveil et sa réalité… Le temps est amer.

  • Pingback: Ils avaient voté Macron à 93% : les Français de l’étranger grandes victimes des coupes budgétaires ? – Réseau Actu()

  • Kernévénaz

    C’est quand même incroyable de voir toute l’élection les élus , remise en cause à chaque fois qu’une…….une…… mesure ne plaît pas , à part ça tous les Français paraît ‘il veulent que ça change ….sauf si ça les touche , j’ai toujours vu ce comportement ….pas sérieux .

  • Chris Annecy

    Nombre d’Alliances françaises, contrairement à leurs pairs allemands ou espagnols par exemple, vivent de leurs recettes en vendant des cours de français, assurant ainsi leur autonomie financière. Contrairement à la pléthore de fonctionnaires expatriés dont le rôle , la nécessité et l’efficacité restent à démontrer au sein des ambassades, consulats, etc
    C’est un peu comme à l’ONU (et je suis passé par les deux…) , on pourrait faire la même chose avec 30 % de personnels en moins. C’est comme partout ou presque…il y a ceux qui s’investissent vraiment et ne comptent ni leur temps ni leurs efforts et il y a les autres, bons petits soldats bien rangés et ..bien payés. Sans parler de ceux, très habiles, qui sont très (trop) bien rémunérés ( + avantages) et dont la principale compétence est de faire bosser les stagiaires (mal payés eux ou pas du tout…) à leur place en s’appropriant le travail réalisé.

  • Je viens de publier une tribune sur Macron et les Français de l’étranger (tiny.cc/thierryeu) qui apporte une vision différente sur ces questions.

  • Tom Neufsiss-Cette

    Si le French Morning avait fait son travail en donnant la parole à l’UPR, notamment aux States, on ne vivrait peut-être pas cette situation finalement assez prévisible.

Article précédent10 questions auxquelles vous n’échapperez pas lors de vos vacances en France
Article suivantUn toboggan géant à New York pour Summer Streets 2017