Colère après l’annulation de crédits budgétaires pour les Français de l’étranger

Le Quai d’Orsay devra se serrer la ceinture. Le gouvernement a décidé d’annuler plus de 165 millions d’euros de crédits de paiement inscrits au programme “action extérieure de l’Etat”, dont dépendent les Français de l’étranger. Le décret est paru au Journal Officiel du 21 juillet. Quelque 163 millions d’euros d’autorisations d’engagements (qui correspondent à l’engagement juridique des dépenses) ont également été supprimés.

La mission “action extérieure de l’Etat” est composée de trois postes de dépenses appelés “programmes”: “action de la France en Europe et dans le monde”, “diplomatie culturelle et d’influence” et “Français de l’étranger et affaires consulaires”. Ces missions couvrent des domaines variés comme le financement du réseau des Alliances françaises et instituts culturels français à l’étranger, les subventions de l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger (ou AEFE, gestionnaire du réseau d’établissements français à l’étranger) et le fonctionnement des ambassades et des consulats.

95 millions d’euros de crédits de paiement (qui correspondent au paiement des dépenses engagées) ont été annulés pour la première mission, et respectivement 60 millions et 10 millions pour les deux autres.

Ces baisses, qui interviennent dans le cadre de l’effort budgétaire entrepris par le gouvernement Philippe, ont été dénoncées par plusieurs représentants des Français de l’étranger. Le sénateur socialiste Jean-Yves Leconte a appelé l’action extérieure de l’Etat et les Français de l’étranger “les grands sacrifiés du nouveau monde“, notant que les affaires étrangères et la sécurité représentent “les annulations de crédits les plus importantes proportionnellement aux budgets votés“.

Il s’inquiète des répercussion de ces coupes sur les bourses scolaires dans les pays où les établissements sont gérés par l’AEFE – ce qui n’est pas le cas de l’essentiel des écoles aux Etats-Unis qui sont privées de droit local – et de l’impact sur le réseau consulaire, notamment sur le sol américain où plusieurs recrutés locaux lui ont déjà fait part de leur mécontentement face à leurs salaires.

Les Français de l’étranger vont être parmi les principales victimes des coupes budgétaires décidées par le nouveau gouvernement, affirme pour sa part Olivier Piton, délégué Les Républicains pour les Etats-Unis et numéro 2 de la liste LR Français de l’étranger pour les élections sénatoriales de septembre. Pendant la précédente législature, les cinq députés des Français de l’étranger (de l’opposition) avaient su se faire entendre. Là, aucun député LREM des Français établis hors de France n’est intervenu pour dénoncer ces annulations de crédits et défendre nos compatriotes qui vont subir de plein fouet ces coupes sombres.

L’ensemble des programmes mis en œuvre par le ministère est affecté, y compris ceux qui concernent directement les Français de l’étranger, confirme le ministère de l’Europe et des affaires étrangères. Nous veillerons à apporter à nos compatriotes dans le monde le meilleur service possible dans le cadre de l’effort budgétaire qui nous a été demandé”.