Cognac et Pinecrest deviennent jumelles

Plus de 100 concerts gratuits auront lieu dans une trentaine de lieux publics de Pasadena samedi 16 juin dans le cadre de "Make Music Pasadena".

Quand la ville de Cognac se déplace en Floride, elle ne fait pas les choses à moitié.

Après une première visite exploratoire à Miami en 2012, Monsieur le maire, Michel Gourinchas, est revenu cette fois-ci avec une délégation renforcée, accompagné de deux adjoints et d’une députée de Charente, Marie-Line Reynaud, pour inaugurer la journée du Cognac et initier officiellement une coopération éducative avec la municipalité de Pinecrest, au sud de Miami.

Au départ, Cindy Lerner, maire de Pinecrest, voulait instaurer une journée du Cognac  le 15 février. Ce fut chose faite en 2012. Michel Gourinchas a profité de l’opportunité pour promouvoir non seulement le produit, mais aussi la ville de Cognac, espérant ainsi renforcer les échanges avec le Sud de la Floride.

L’idée d’un jumelage a germé après une visite de Cindy Lerner et son équipe à Cognac et sa région à l’automne 2012 : “C’était ma première visite en France, j’ai été très touchée par la dimension historique et le patrimoine culturel de cette ville. J’ai vite compris tout l’intérêt que pourraient représenter des échanges scolaires entre les deux villes et toutes les autres opportunités que nous pourrions développer dans le futur”.

Pour Michel Gourinchas, l’intérêt culturel de la ville de Cognac est souvent éclipsé par la boisson. Il souligne, avec le sourire, que Cognac a vu naître François 1er, roi de France qui a mis en lumière les arts et les lettres, et Jean Monnet, l’un des pères fondateurs de l’Europe.

Au delà de la promotion du célèbre breuvage, il s’agit donc de renforcer les échanges culturels entre les deux villes, de densité et tailles similaires : l’apprentissage des langues française et anglaise par l’organisation de échanges linguistiques pour les lycéens, et la transmission du savoir faire culinaire français avec des cours de cuisine à Pinecrest. “Les échanges permettent une meilleure compréhension et une plus grande tolérance entre deux cultures, deux peuples, deux pays différents, souligne le maire cognaçais. C’est finalement le véritable objet de notre visite”.