Julie Fabre, dans le grand bain

Toute petite, Julie Fabre se destinait à la danse classique et se voyait en petit rat de l’Opéra.

Problème: elle est grande. Son professeur de danse lui annonce d’emblée qu’elle ne sera jamais jeune première, à cause de sa taille. La vie avait cependant décidé qu’elle deviendrait une grande athlète, dans une autre discipline : la natation synchronisée. Elle est aujourd’hui la coach de l’équipe américaine. Depuis San Francisco, elle prépare les JO de Rio de 2016. Une belle revanche!

«Les circonstances ont fait que lorsque mon professeur de danse m’a détournée de cette carrière, j’ai rencontré à Nice, où je vivais, un coach de natation synchronisée. J’ai commencé très tard, à 11 ans, mais mes progrès ont été fulgurants.” Elle rejoint l’INSEP à 17 ans, puis l’équipe de France et participe aux JO d’Atlanta en 1996.

Julie FabresJulie Fabre est studieuse. Elle rêve, pour ses études supérieures, d’Histoire de l’Art. «Le problème lorsque l’on est athlète de haut niveau, c’est qu’on s’habitue à l’excellence, à vouloir être le meilleur dans tout. Mon emploi du temps, avec sept heures d’entraînement par jour, ne me permettait pas de pouvoir exceller dans mes études, c’est à ce moment que j’ai décidé d’entraîner à mon tour et que j’ai passé mon professorat de sport

Devenue entraîneur de l’Equipe de France en 2003, elle emmène les duo français aux Jeux Olympiques de Pekin puis aux Jeux de Londres. Mais avec les années, elle se sent freinée en France par un état d’esprit qui ne lui convient plus. «J’ai besoin d’être passionnée, et je ne l’étais plus, j’ai donc décidé de tenter l’étranger et j’ai reçu deux propositions : les USA ou le Brésil. San Francisco a gagné.»

Arrivée dans la Bay Area en octobre 2013, Julie Fabre découvre l’entraînement à l’américaine, qui est à double tranchant, explique-t-elle : «Il y a une énergie positive dans tout ici. Tout est possible. Les filles ne se plaignent jamais, elles foncent, elles sont belles, il y a un énorme potentiel ! En revanche, je découvre aussi que la France offre à ses athlètes des structures qui n’existent pas ici, alors que nous sommes quand même dans le haut lieu de la natation synchronisée des USA. Elles s’entraînent dans des piscines extérieures de high-school, même en plein mois de décembre par 0 degrés à 7 heures du matin, font leurs études en ligne et ne disposent pas de protection médicale. Quand on a connu l’INSEP c’est surprenant !»

Un potentiel que Julie Fabre est en charge de développer sur ses deux ans et demi de mission avec, en ligne de mire, les Jeux Olympiques de Rio en 2016.

Journaliste, réalisatrice, écrivain et actrice, Samantha Vandersteen (Sam VanSteen) est née à Lille en 1973. Son premier manuscrit, un polar politique, fut écrit durant ses années de Fac, à Lille III alors qu’elle est en Licence de Lettres Modernes. Après son mémoire de Maîtrise sur William Faulkner et Claude Simon en parti écrit à L’université de West Virginia lors d’un échange universitaire, elle rejoint Paris et une petite télé du câble qui monte : CANAL J. Elle y devient journaliste, présentatrice, réalisatrice et continue par ailleurs d’écrire pour la presse ainsi que pour le site web de la chaîne. Elle enchaîne ensuite plusieurs chaînes et expériences télévisuelles. Elle présente le JT d’EQUIDIA en direct deux fois par jour pendant 2 ans puis rejoint l’équipe des sports équestres où elle réalise plusieurs documentaires, ainsi que des reportages qu’elle présente pendant plusieurs années. Elle publie son premier livre, un roman pour les jeunes adolescents LE MELI MELO d’ALMA ET LEO qui sera suivi de près par UNE TRIBU, DEUX TRIBUS, TROIS TRIBUS… UNE SEULE PLANETE aux éditions LES PORTES DU MONDE. Un troisième livre sortira aux éditions Hachette issu de sa chronique sur Canal J, qu’elle écrit et supervise elle-même, et préfacé par Edwige Antier. Elle publie ensuite MEMOIRE VIVE, un thriller noir dont l’action se situe dans le monde de la production audiovisuelle. C’est via la lecture de ce dernier que Christophe Lambert la découvre et lui demande de collaborer à LA FILLE DE MES REVES , collection SOON aux éditions SYROS, un roman d’anticipation écrit à quatre mains et publié en 2011. Entre temps, elle participe également en tant qu’assistante réalisatrice à l’adaptation pour Arte de LA FACE CACHEE DU PETROLE, et effectue pour Eric Laurent, auteur et grand reporter, une grosse part d’investigation sur LA FACE CACHEE DES BANQUES, puis sur LE SCANDALE DES DELOCALISATIONS, le tout publié aux éditions PLON. En parallèle, elle développe une carrière de comédienne et se forme au Laboratoire de l’acteur avec Hélène Zidi Cheruy, elle y aura l’occasion de travailler avec Guila Braoudé sur l’écriture scénaristique, à la Voie de l’Acteur avec Fabrice Merlo, puis avec la réalisatrice franco-américaine Kim Massee. Elle intègre également les ateliers d’improvisations du Théâtre LE BOUT avec Emilie Pfeiffer pendant deux ans. C’est à San Francisco où elle est installée depuis 2010 avec mari et enfant, et où elle a monté la structure LILI MERVEILLE LLC, qu’elle rencontre Rob Nilsson. Elle tourne le long-métrage MAELSTROM sous sa direction qui fait son avant-première au festival de Mill Valley le 7 octobre 2012, et BRIDGE TO A BORDER actuellement en fin de post-production. Fin 2012, elle publie MON REVE AMERICAIN sur amazon.fr et sous son pseudo Sam Vansteen. Elle publie son deuxième livre à quatre mains avec Christophe Lambert VIRUS 57 en juin 2014, un guide d’installation aux USA pour les français aux Editions Hikari VIVRE LES USA en mai 2014, a repris sa plume de presse pour French Morning San Francisco, l’Express, et continue la réalisation audiovisuelle pour différentes productions françaises (Arte –W9 – France 3 – CANAL + - NRJ 12 - Equidia…)
Article précédent8 plans romantiques pour la Saint-Valentin à New York
Article suivantEn avril, l’art contemporain se découvre d’un fil