Charlie Hebdo s’arrache à New York

“Un seul exemplaire, par personne, désolé !” Ce mardi 20 janvier, derrière le comptoir, Francois-Xavier Schmitt, le libraire d’Albertine, vendait à la chaine des Charlie Hebdo, empilés sur un tabouret derrière la caisse.

Avant l’ouverture des portes, à 11h, une trentaine de personnes patientaient dehors, le long de la 5ème avenue – majoritairement des Français, mais aussi quelques Américains, tous âges confondus.

Raphaëlle, une Française, qui vit depuis deux mois à New York, est arrivée quelques minutes avant l’ouverture. “C’est la première fois que je vais acheter Charlie Hebdo. Je me sens loin de de la France, c’est donc important pour moi de faire ce geste. C’est ma façon de participer et d’apporter mon soutien aux Français qui se sont mobilisés.”

Entre 11h et 11h30, la file d’attente, qui s’est formée dans le hall marbré des services culturels, avance rapidement. Eddy, venu chez Albertine avec son bulldog emmitouflé, a bientôt son exemplaire en main, acheté “pour la solidarité”. “Mes copains en France n’arrivent pas à en avoir”, dit-il avec ironie.

“Je lisais pas mal Charlie quand j’étais en France, et là, je pense que je vais m’abonner, j’ai vu que c’était possible de le recevoir ici. Je l’ai déjà lu en ligne, mais je suis content de l’avoir. Je pense que je vais l’encadrer dans un petit coin chez moi.”

Matthias Cohen, autre expat français, regarde fièrement son exemplaire. Il en a profité pour faire une photo souvenir de lui au milieu des rayons d’Albertine, avec son Charlie Hebdo et un exemplaire de Soumission, le roman de Houellebecq, qu’il a acheté au même moment. Ce Charlie, il compte bien le garder. “J’ai toujours chez moi l’édition du New York Times du 12 septembre 2001, et ce journal ira dans la même pile. Je ne lisais pas Charlie Hebdo en France et n’adhère pas à tout ce qu’ils disent, mais là, c’est un moment historique”, affirme cet entrepreneur, patron de la marque KidFresh.

Chez Albertine, il aura suffi de deux heures pour écouler les 100 exemplaires reçus. Ce mardi, Book Culture était “sold out” à 12h. Et la librairie McNally avait aussi vendu tous ses Charlie Hebdo à 13h. Au total, quelque 300 exemplaires étaient distribués à New York.

D’autres copies du journal devraient arriver aux Etats-Unis dans les prochains jours. En attendant, pour ceux qui souhaiteraient le lire en format papier, un exemplaire est disponible en consultation chez Albertine.