Cette Française veut devenir Américaine sans dire “So help me God”

Olga Perrier-Bilbo

Devenir Américaine est une étape importante pour Olga Perrier-Bilbo. Cette Française, arrivée il y a 17 ans aux Etats-Unis et détentrice d’une carte verte depuis 2004, aime son pays d’adoption et souhaite obtenir la citoyenneté. “Pour pouvoir voter, pour pouvoir faire venir ma maman plus facilement mais aussi parce que je m’inquiète de l’avenir de la carte verte“.

Devenir Américaine: oui. Faire allégeance devant Dieu: impossible pour cette athée convaincue. Or, le serment prononcé par tout nouveau citoyen américain se termine par la formule : “So help me God“. Une phrase de trop pour la Française de 48 ans.

Avec l’aide de son avocat, Olga Perrier-Bilbo a donc intenté une action en justice contre l’Etat fédéral, affirmant que cette phrase viole la constitution américaine. Elle a récemment entamé une procédure devant un tribunal du Massachusetts, où elle réside.

Le premier amendement de la Constitution pose le principe de séparation de l’Eglise et de l’Etat, en stipulant que “le Congrès n’adoptera aucune loi relative à l’établissement d’une religion, ou à l’interdiction de son libre exercice”. La Française dit que “So Help me God” est une entorse à sa liberté.

En 2009, j’ai fait une première demande de citoyenneté, explique Olga Perrier-Bilbo. On m’a proposé une cérémonie privée au cours de laquelle je n’aurais pas à prononcer cette phrase. Mais j’ai refusé car ça voulait dire qu’on me mettait à part, que je n’avais pas droit à la même cérémonie que les autres. C’est comme si j’étais une sous-citoyenne“.

Le serment actuel viole les 10 premiers mots du premier amendement de la constitution américaine“, mentionne la plainte déposée par Olga Perrier-Bilbo et son avocat, Michael Newdow. Ce dernier est membre de la Secular Coalition for America, un groupe de défense des athées. Lui-même a déjà porté plainte en 2000 contre l’école publique de sa fille pour faire supprimer “under God” du serment d’allégeance au drapeau. Procédure qui a échoué.

Mon but, c’est de défendre la constitution. Si elle disait: il y a un Dieu et il faut le défendre et le respecter, je n’aurais rien à dire. Mais ce n’est pas le cas“, explique Olga Perrier-Bilbo. La Française affirme avoir reçu le soutien de voisins et d’amis dans sa commune de Scituate (Massachusetts). Mais sur les réseaux sociaux, les propos sont violents, les internautes les plus polis l’invitant à rentrer en France par le premier avion.

Ce n’est pas la première fois qu’une plainte au nom du principe de séparation de l’Eglise et de l’Etat est déposée devant un tribunal fédéral. “Je ne sais pas si ça va aboutir. Je pense que les chances sont minimes surtout dans l’Amérique de Trump, mais je me battrai jusqu’au bout. J’espère que ça va encourager d’autres athées parce que c’est tout simplement une violation du premier amendement de la constitution américaine“.