Ces architectes français qui ont fait New York

City Hall / wikipedia commons

Bartholdi, le sculpteur de la Statue de la Liberté, n’est pas le seul Français à avoir transformé la skyline de New York. Petite promenade dans le Manhattan des architectes hexagonaux.

Pierre Charles l’Enfant, St. Paul Chapel

A l’angle de Broadway et de Fulton Street, on connaît tous St. Paul Chapel, une survivante des attentats du 11-Septembre. En revanche, on sait moins que c’est un Français, Pierre Charles l’Enfant, qui en réalisa la gloire. Né à Paris, L’Enfant est arrivé en Amérique avec le Général Lafayette. Blessé, il renonça aux armes pour devenir urbaniste. Aux Etats-Unis, l’Enfant est surtout connu pour avoir dessiné les plans de Washington. Seul vestige de son travail à New York, le retable de St. Paul représente le Mont Sinaï sous les nuages et la foudre.

Joseph-François Mangin, le City Hall

Depuis 1811, le City Hall abrite les bureaux de la mairie de New York. De style Louis XV avec ses colonnes et ses balcons, le bâtiment fut loué par Henry James pour « son goût et ses finitions parfaites ». Vosgien, Joseph-François Mangin fut chargé de son extérieur. A New York, Mangin travailla également sur un autre bâtiment : l’ancienne cathédrale Saint Patrick sur Mulberry Street, entre Prince et Houston.

Paul-Emile Duboy, l’Ansonia

Broadway et 73e rue. Nous sommes en 1904. L’Ansonia est l’œuvre du Français Paul-Emile Duboy. A l’extérieur, une façade haussmannienne. A l’intérieur, 1.400 pièces, des restaurants, un coiffeur, un tailleur, une banque, un bain turc, la plus grande piscine intérieure de l’époque et une fontaine dans laquelle nageaient des phoques. Dans les murs, un réseau de tubes de verre permet aux clients d’envoyer des messages au personnel. Sur le toit, une ferme avec cinq cent poulets, des canards, six chèvres et un ours. Une fois la construction terminée, Duboy rentra en France. Epuisé, il fit une dépression nerveuse.

Le Corbusier et les Nations-Unies

1937. Le Corbusier publie Quand les cathédrales étaient blanches, un essai où il rassemble ses impressions de New York. Horrifié par la pauvreté de la population, il est toutefois intéressé par la ville et lance dans ce livre les premières idées pour sa Cité radieuse. En 1947, Le Corbusier fut convié à rejoindre le groupe de dix experts chargés des plans du quartier général des Nations Unies. Après cinq ans de travaux, en 1952, deux des bâtiments bordant l’East River furent inaugurés.

Jean Nouvel, le 53W53

Vous êtes au MoMA, levez la tête. Devant vous un colosse en construction : le 53W53, imaginé par le Français Jean Nouvel. Le gratte-ciel est la troisième création de Nouvel à New York, après 40 Mercer Street et 100 11th Avenue. Initialement, l’architecte le voulait parmi les plus hauts de la ville, aussi haut que l’Empire State. Avec 82 étages, il devra se contenter de la septième place. 53W53 accueillera une extension du MoMA ainsi que des appartements. Comptez environ 7 millions de dollars pour un trois-pièces et 64 millions pour un penthouse.

Christian de Portzamparc, One57, Tour Prism, Tour LVMH

Aujourd’hui, Christian de Portzamparc, premier architecte français à avoir reçu le prestigieux Prix Pritzker, compte trois bâtiments à New York : avec sa façade de verre sablé blanc, le siège new-yorkais de LVMH se trouve au 19 East 57th street ; One 57, tour fine de 300 mètres surplombe Central Park. C’est le bâtiment résidentiel le plus haut de la ville ; enfin, la Tour Prism, superbe immeuble d’appartements, est situé à l’angle de Park Avenue et de la 28e rue.