Cerveaux en fuite et calomnie

Les cerveaux français sont de plus en plus nombreux à quitter la France pour les Etats-Unis, rapporte le New York Times, et cette dernière craint une fuite de ses talents Outre-Atlantique (lire à ce sujet l’article d’Alexis Buisson sur French Morning). Sur les 2745 français ayant obtenu un doctorat aux Etats-Unis  de 1985 à 2008, 70 % s’y sont installés une fois leurs études terminées.  « Et, souligne le New York Times, plusieurs des meilleurs économistes et biologistes français se trouvent maintenant aux Etats-Unis. Selon une étude effectuée en 2007 par l’Ecole des Mines, quatre des six meilleurs chercheurs français en économie s’y sont installés. »

Sarkozy enlisé dans un scandale de vente d’armes. Une implication qu’il dément fermement. « C’est seulement une polémique pour laquelle on essaie de me faire porter le chapeau », rapporte le site internet de Bloomberg. Dominique de Villepin aurait déclenché une tempête politique vendredi dernier, et un long démenti par le Palais de l’Elysée, après avoir sous-entendu qu’il y ait eu des pots de vins dans un contrat de ventes de sous-marins avec le Pakistan en 1994. Claude Guéant, secrétaire général de l’Elysée, affirmait dans un communiqué la non implication de Sarkozy dans cette affaire. Il aurait selon lui été victime de « rumeurs malveillantes ».

Des accusations qui sont gênantes, précise Reuters, pour la cote de popularité de Sarkozy, qui approche des plus mauvais scores historiques de tous les présidents français. Ce que confirme le Wall Street Journal : 68 % des français désapprouveraient la politique économique du gouvernement, et ce malgré le remaniement ministériel et les plans de révisions du régime de la TVA.

Le New York Times a rencontré le contre-ténor français Philippe Jaroussky. « Qui peut résister à un homme qui chante comme une femme ? », demande le quotidien. La voix exceptionnelle de ce jeune homme de 32 ans, combinée à un physique de « chérubin », ou « collégien », n’en finit pas de déchainer les passions. Jaroussky, que le quotidien américain avait rencontré il y a un an, disait de lui : « C’est vrai qu’il y a quelque chose de potentiellement ridicule dans cette voix qui sort du corps d’un homme. Les gens parlent du contre-ténor comme du troisième sexe, ou de quelqu’un de quasi féminin, mais pour moi c’est plus un moyen de rester enfant ».  Le légendaire contre-ténor anglais James Bowman dit à son sujet qu’il est « le garçon pour qui Bach aurait adoré écrire ».