Catherine Malandrino nommée Chevalier des arts et lettres

Catherine Malandrino (Credit: Services culturels de l'Ambassade de France)

Elle est sans doute la femme française la plus photographiée à New York… après la statue de la Liberté“: même les très traditionnelles remises de décoration peuvent donner lieu à de belles formules. Celle-là est de l’ambassadeur français auprès de l’ONU, François Delattre, faisant “Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres” la créatrice de mode Catherine Malandrino mercredi soir.

Ce sont bien sûr ses créations qui sont photographiées, portées par les stars qui l’adorent: de Sharon Stone à Hale Berry en passant par Madonna, Angelina Jolie, Michelle Obama… Certaines de ses célèbres clientes étaient là dans la salle de réception des Services Culturels sur la Vème avenue, notamment la chanteuse Mary J. Blige. La reine du R&B fut une des premières fidèles de la Française, peu après ses débuts fulgurants en 1998 à Manhattan. “Elle portait mes vêtements, j’écoutais sa musique, nous sommes devenues amies” .

Ses amies belles, riches ou célèbres, ou les trois, sont venues fêter celle qui, ado à Grenoble, se faisait la main en dessinant des combinaisons de ski. Après ses débuts chez Louis Féraud et Ungaro, un “double coup de foudre” l’amène en 1997 à New York: pour Bernard Aidan, devenu son mari, et “pour cette ville magnifique” . Son ascension est météorique: première collection personnelle (“Collages”) en 1998, première boutique new-yorkaise la même année. Depuis, elle n’est jamais redescendue des sommets de la mode new-yorkaise, où elle symbolise le chic français. “Toute femme américaine a un rêve français” résume la Conseillère culturelle de l’Ambassade de France, tout juste arrivée à son poste, Bénédicte de Montlaur. Catherine Malandrino leur donne ce rêve… Cela valait bien une médaille.