Carte verte, visas: Donald Trump veut favoriser les immigrés les plus fortunés

U.S. Department of Homeland Security

Le gouvernement Trump donne un nouveau tour de vis migratoire. Le Department of Homeland Security (DHS) a annoncé, lundi 12 août, la mise en oeuvre d’une nouvelle réglementation qui rendra plus difficile l’obtention du statut de résident permanent ou temporaire pour les immigrés susceptibles de représenter une charge financière pour l’Etat américain. La règle, qui doit être publiée le 14 août sur le site de DHS, doit entrer en vigueur le 15 octobre.

L’objectif de l’administration Trump: favoriser les immigrés qui ont les ressources nécessaires (via leurs propres fonds, ceux de leur famille ou d’un organisme privé) pour être “auto-suffisants” aux Etats-Unis et ainsi ne pas avoir recours aux programmes d’assistance publics. Cette exigence ne date pas de Donald Trump, mais la nouvelle règle précise les conditions d’inéligibilité. Elle définit par exemple comme “charge publique” tout individu ayant bénéficié de certaines aides publiques pendant au moins douze mois sur une période de trente-six mois (deux aides reçues le même mois comptent pour deux mois, précise l’agence). Elle énumère également les programmes dans les domaines de la santé, de l’alimentaire ou encore du logement par exemple qui peuvent donner lieu à un rejet du dossier.

Outre les ressources financières, d’autres facteurs seront davantage pris en compte au moment de l’étude du dossier, comme la santé, l’âge et le niveau d’éducation du demandeur, selon plusieurs médias et associations. D’après l’administration, ces facteurs sont susceptibles de peser sur la décision d’un individu de recourir à l’aide sociale.

Sont exclues les personnes qui immigrent aux Etats-Unis pour des raisons humanitaires et certaines catégories spécifiques d’individus (enfants adoptés, membres de l’armée…). “L’administration parle de plus en plus de mettre l’accent sur l’immigration dite de qualité, c’est à dire les personnes qui peuvent apporter une valeur ajoutée par leurs investissements ou leurs compétences“, explique Me Nathaniel Muller, avocat d’immigration à New York.

Dans notre histoire, l’auto-suffisance a été au coeur du rêve américain, a justifié Ken Cuccinelli, directeur par intérim de l’USCIS, l’agence chargée de l’immigration. L’auto-suffisance, le travail, la persévérance ont servi de base à notre nation et forgé des générations d’immigrés travaillant dur et cherchant des opportunités aux Etats-Unis“. Plusieurs groupes ont condamné cette mesure, craignant qu’elle ne pousse les immigrés les plus fragiles à renoncer aux programmes d’aides par peur de représailles. Les comtés de San Francisco et Santa Clara ont initié des poursuites judiciaires pour bloquer ce nouveau règlement.