A Austin, Canal + vient chercher la télé de demain

Pour en savoir plus

Le site de CanalStart

S’il y a une conviction répandue dans les couloirs de South by Southwest, de panels en conférences, c’est bien que la télévision est morte. La vieille télé en tout cas.

Et c’est sans doute pour cela que les networks américains y sont très présents. Côté français, c’est Canal + qui se fait remarquer, via notamment la présentation de son accélérateur de startups, CanalStart.  Le groupe Canal+ compte ainsi attirer « les talents et les idées des startups, a expliqué la directrice des nouveaux contenus de Canal, Fabienne Fourquet. Même si nous avons été pionniers de la télévion sur mobile et de la télé de rattrapage, nous nous sommes rendu compte que nous ne parlions qu’à des grands groupes » qui n’ont pas nécessairement la créativité de jeunes sociétés innovantes.

Lancé en décembre à Paris, CanalStart se veut justement l’outil de la chaîne cryptée pour inventer la télé de demain. En France, des dizaines de dossiers des “jeunes pousses” des réseaux sociaux, de vidéo et jeux en ligne, d’applications pour mobiles ou d’analyse des données ont déjà été déposés.

Au rendez-vous mondial d’internet que constitue le festival South by Southwest, l’appel à candidatures passé par  CanalStart dans le cadre du French Tech Club est passé plus inaperçu. « Nous avons rencontré beaucoup de porteurs de projets français. Nous devons prospecter pour en rencontrer d’autres », reconnaît Fabienne Fourquet.

Car CanalStart l’a clairement affiché dès le départ, il « s’adresse à des start-ups de toutes nationalités ». De plus, l’accélérateur sélectionne créateurs de contenus comme entrepreneurs. A l’issue d’un brunch offert par Ubifrance et les services culturels de l’ambassade de France aux Etats-Unis, la représentante du groupe Canal+ a ainsi rencontré des porteurs de projets comme le jeu Type:Rider d’Agat Films, aussi bien que le réseau social sous forme de carte interactive Maaap fondé à Houston il y a un an et demi par un ancien du ministère de l’Economie. « Notre service permet aussi aux producteurs de contenus de les présenter sous forme de carte affichant les dernières nouveautés », explique Emmanuel Mouren.

Pour nouer un partenariat avec le groupe Canal+ permettant d’asseoir la légitimité de leur startup et décrocher jusqu’à 100 000 euros d’apport de l’accélérateur, les créateurs devront être sélectionnés par un comité ad hoc de CanalStart. « Nous en sélectionnerons sans doute trois ou quatre à l’issue de la première phase ce mois-ci, avant de conclure une deuxième phase en octobre », annonce Fabienne Fourquet.

A défaut de rencontrer l’équipe CanalStart à Austin à l’occasion de South by Southwest, on peut soumettre son projet sur CanalStart.com« Nous recevons des dossiers toute l’année », précise Fabienne Fourquet.

Pour en savoir plus

Le site de CanalStart