De nouvelles têtes au Lycée Français de San Francisco

La relève est en place sur les campus d’Ortega (collège et Lycée) et d’Ashbury (élémentaire) du Lycée Français de San Francisco. Les nouveaux directeurs, tout fraichement arrivés de France, viennent de faire leur première rentrée.

Ortega se dote de Philippe Legendre qui vient de la Région Rhône-Alpes et Ashbury de Remi Zambon qui vient du Lot-et-Garonne.

Philippe Legendre ne connaissait pas San Francisco. En revanche, c’est un habitué de l’expatriation, puisqu’après avoir enseigné à Mayotte, il est parti en famille en Polynésie en tant que directeur d’établissement.  Le voilà donc arrivé mi-août dans la Baie de San Francisco pour une nouvelle aventure qui le place à la tête d’une structure de plus de 1.000 élèves.

« La ville de San Francisco en tant que telle ne m’intéresse pas réellement car je ne suis pas un citadin dans l’âme mais un homme de nature.  En revanche, la région de la Baie me semble sublime et j’ai hâte de pouvoir découvrir la nature environnante. Mais pour l’instant, je me concentre sur ma mission ici en tant que proviseur. Je découvrirai tout ça un peu plus tard, je viens juste de me poser»

Pour Remi Zambon, c’est une première expatriation, même s’il connaît déjà bien la région pour avoir enseigné sous contrat local entre 2003 et 2005 à l’ISTP de Palo Alto, et qu’il est lui-même enfant d’expatriés ayant vécu dix ans en Algérie de 1962 à 1972.

«Je suis ravi de revenir ici et dans un tel établissement ! L’un des Lycées français les plus prestigieux, et dans une ville symbolique. Je dois forcément faire des envieux. J’avais postulé pour trois villes : Seoul, Dubaï et San Francisco. J’avoue que cette dernière me tenait à coeur.»

Chacun se doit désormais de trouver sa place au sein de son établissement mais les deux hommes ne manquent assurément pas d’énergie à revendre. Pour Philippe Legendre, l’éducation va au-delà des matières classiques : « C’est une très belle structure, je dois encore faire la connaissance de ceux qui m’accompagneront sur ce trajet, mais j’aime qu’il y ait une vie au-delà des matières classiques, des événements culturels, sportifs. Je crois que les maths sont essentielles mais qu’un cerveau bien fait a aussi besoin de musique par exemple, d’événements qui regroupent la communauté. Je pense que de nature, j’irai dans ce sens.»

Pour Remi Zambon l’accent sera mis sur la relation parents-enseignants : « Je crois énormément au relationnel avec les familles et c’est là-dessus je me concentrerai. Quand il y a un échange entre les parents et l’enseignant, voire une complicité, l’enfant se sent plus à l’aise et, de fait, avance mieux

 

Journaliste, réalisatrice, écrivain et actrice, Samantha Vandersteen (Sam VanSteen) est née à Lille en 1973. Son premier manuscrit, un polar politique, fut écrit durant ses années de Fac, à Lille III alors qu’elle est en Licence de Lettres Modernes. Après son mémoire de Maîtrise sur William Faulkner et Claude Simon en parti écrit à L’université de West Virginia lors d’un échange universitaire, elle rejoint Paris et une petite télé du câble qui monte : CANAL J. Elle y devient journaliste, présentatrice, réalisatrice et continue par ailleurs d’écrire pour la presse ainsi que pour le site web de la chaîne. Elle enchaîne ensuite plusieurs chaînes et expériences télévisuelles. Elle présente le JT d’EQUIDIA en direct deux fois par jour pendant 2 ans puis rejoint l’équipe des sports équestres où elle réalise plusieurs documentaires, ainsi que des reportages qu’elle présente pendant plusieurs années. Elle publie son premier livre, un roman pour les jeunes adolescents LE MELI MELO d’ALMA ET LEO qui sera suivi de près par UNE TRIBU, DEUX TRIBUS, TROIS TRIBUS… UNE SEULE PLANETE aux éditions LES PORTES DU MONDE. Un troisième livre sortira aux éditions Hachette issu de sa chronique sur Canal J, qu’elle écrit et supervise elle-même, et préfacé par Edwige Antier. Elle publie ensuite MEMOIRE VIVE, un thriller noir dont l’action se situe dans le monde de la production audiovisuelle. C’est via la lecture de ce dernier que Christophe Lambert la découvre et lui demande de collaborer à LA FILLE DE MES REVES , collection SOON aux éditions SYROS, un roman d’anticipation écrit à quatre mains et publié en 2011. Entre temps, elle participe également en tant qu’assistante réalisatrice à l’adaptation pour Arte de LA FACE CACHEE DU PETROLE, et effectue pour Eric Laurent, auteur et grand reporter, une grosse part d’investigation sur LA FACE CACHEE DES BANQUES, puis sur LE SCANDALE DES DELOCALISATIONS, le tout publié aux éditions PLON. En parallèle, elle développe une carrière de comédienne et se forme au Laboratoire de l’acteur avec Hélène Zidi Cheruy, elle y aura l’occasion de travailler avec Guila Braoudé sur l’écriture scénaristique, à la Voie de l’Acteur avec Fabrice Merlo, puis avec la réalisatrice franco-américaine Kim Massee. Elle intègre également les ateliers d’improvisations du Théâtre LE BOUT avec Emilie Pfeiffer pendant deux ans. C’est à San Francisco où elle est installée depuis 2010 avec mari et enfant, et où elle a monté la structure LILI MERVEILLE LLC, qu’elle rencontre Rob Nilsson. Elle tourne le long-métrage MAELSTROM sous sa direction qui fait son avant-première au festival de Mill Valley le 7 octobre 2012, et BRIDGE TO A BORDER actuellement en fin de post-production. Fin 2012, elle publie MON REVE AMERICAIN sur amazon.fr et sous son pseudo Sam Vansteen. Elle publie son deuxième livre à quatre mains avec Christophe Lambert VIRUS 57 en juin 2014, un guide d’installation aux USA pour les français aux Editions Hikari VIVRE LES USA en mai 2014, a repris sa plume de presse pour French Morning San Francisco, l’Express, et continue la réalisation audiovisuelle pour différentes productions françaises (Arte –W9 – France 3 – CANAL + - NRJ 12 - Equidia…)
Article précédent“Terracotta Daughters”, la révolte des Chinoises
Article suivantCrêpes & Délices, les rois de la crêpe bio