Pourquoi le business plan est mort

A propos de l'auteur

Anne Busquet - 5071 (2)

Anne Busquet est présidente d’AMB Advisors, directrice générale à Golden Seeds LLC.

Professeur adjoint à Columbia Business School, elle est aussi directrice du French-American Entrepreneurship Award.

Aussi longtemps que je me souvienne, un business plan rédigé était absolument nécessaire pour démarrer un business.

C’est ce que nous avons toujours enseigné à la business school de Columbia. Puis, Steve Blank et Bob Dorf ont écrit Le Manuel du Créateur de Startup en 2012.

Ce livre a révolutionné l’enseignement de l’entrepreneuriat dans les universités américaines, et a rendu le business plan traditionnel obsolète. De nos jours, les investisseurs sont davantage intéressés par une démonstration (d’un produit, d’un prototype etc.) plutôt qu’un long récit.

Le “pitch deck” est maintenant le format favori pour présenter un projet à un investisseur. Vous pouvez trouver un exemple de pitch deck sur le site du French American Entrepreneurship Award, un concours que je dirige en ce moment.

Le pitch deck a de nombreux avantages :

  • Le story-telling. Un pitch deck permet à un entrepreneur d’expliquer et raconter son projet de manière efficace. Si il est bien construit, le pitch deck doit pouvoir amener à cette conclusion: “ce projet est bon investissement”.
  • La gestion du temps. Quand un entrepreneur pitche, il lui est généralement accordé une heure de présentation. La rédaction du pitch deck sert à organiser les arguments dans une présentation, tout en gardant en tête une conclusion qui va convaincre.
  • La présentation de chiffres. Toutes les startups ont besoin de données chiffrées pour soutenir leur proposition – qu’il s’agisse du marché disponible total, d’une analyses des dépenses ou d’un modèle de tarification. Si possible, y ajouter un bilan financier ou prévisionnel.
  • L’harmonisation de la vision. Le processus de rédaction du projet permet d’harmoniser la vision de manière à ce que tous les membres de l’équipe soient sur la même longueur d’ondes.

Quel que soit le format, le processus de réflexion pour créer une start-up reste inchangé. Il y a au moins dix questions qu’un entrepreneur doit se poser (Cayenne Consulting). Les voici :

  1. Quel est le problème? Autrement dit, être capable d’expliquer la nature du problème qui est résolu grâce au projet.
  2. Quelle est votre solution, et qu’est ce qui la rend spéciale?
  3. Quelle est l’ampleur/la gravité du problème ? Il s’agit ici du potentiel du produit sur le marché.
  4. Quelles seront vos sources de revenus ? Autrement dit, le business model.
  5. Qui est le consommateur ? Et comment lui vendrez-vous le produit ? C’est votre stratégie marketing.
  6. Pourquoi êtes VOUS la meilleure équipe pour ce projet ?
  7. Qui sont vos concurrents et qu’est ce qui vous rend meilleur ?
  8. Qu’avez vous accompli, quelles sont les prochaines étapes ?
  9. Quel est votre financement / potentiel de revenus ?
  10. Quel est votre budget ? Comment gérer vous vos finances ?
  11. De quel budget avez-vous besoin et comment allez vous le gérer ?
  12. De combien avez-vous besoin, et que ferez-vous de l’argent des investisseurs ?

Au sein de l’écosystème actuel, les entrepreneurs ont accès à de nouveaux outils qui permettent d’accélérer le processus de création d’entreprise.

Voici deux outils que tout jeune entrepreneur devrait connaître:

  • Business Model Canvas: un outil de management stratégique et entrepreneurial par Alexander Osterwalder. Il s’agit du travail en amont qui précède le pitch deck. Désormais a Columbia, les étudiants de la business dchool qui sont dans mon cours d’“introduction to venture” doivent presenter leur idée au debut du semestre en utilisant le business model canvas.
  • Udacity: Comment créer une startup – Un cours gratuit d’entreprenariat qui va a l’essentiel.

En conclusion, le format traditionnel du business plan n’existe plus, cependant l’exercice de réflexion reste inchangé.

Commencez par créer une bonne fondation, adaptez vous au format requis de nos jours en préparant un pitch deck et vous serez sur la bonne voie !

————————————————

Participer au concours French American Entrepreneurship Award: envoyer votre dossier avant le 22 février 2016. Plus d’informations ici.

A propos de l'auteur

Anne Busquet - 5071 (2)

Anne Busquet est présidente d’AMB Advisors, directrice générale à Golden Seeds LLC.

Professeur adjoint à Columbia Business School, elle est aussi directrice du French-American Entrepreneurship Award.

- Services -
PARTAGER
Article précédentLe gouverneur du Kentucky veut moins d’étudiants en littérature française
Article suivantLa Nuit en rosé à New York, c’est même l’hiver