A la poursuite de “Bullitt” dans les rues de San Francisco

“Bullitt”, c’est une Mustang verte, Steve McQueen au volant, une enquête policière à suspense, et une scène mythique: une course de voitures dans les rues de San Francisco. Le film est sorti il y a 50 ans, le 17 octobre 1968.

Steve McQueen est Frank Bullitt, un lieutenant de police chargé de protéger Johnny Ross, un témoin capital dans une affaire mêlant mafia et politique. Le témoin est tué, et Bullitt entreprend de retrouver les meurtriers.

La scène de la course poursuite est entrée dans les annales du cinéma dès la sortie du film: il a fallu trois semaines pour tourner 10 minutes 53 de pneus qui crissent et de voitures qui décollent sur les pentes de la ville. Le duel entre la Ford Mustang et la Dodge Charger des mafieux tient les spectateurs en haleine, à tel point qu’on en oublierait presque les incongruités géographiques de cette course-poursuite, comme le montre la carte ci-dessous.

Les connaisseurs de San Francisco en perdraient en effet presque le nord, car d’un plan à l’autre, on passe subitement du nord au sud de la ville. Steve McQueen est pris en chasse dans Bernal Heights par la Dodge Charger, près de l’intersection de Potrero et Army (Cesar Chavez) streets.

Après avoir tourné sur York, Bullitt réussit à semer ses poursuivants. La scène se poursuit dans Potrero Hill: les rôles sont inversés, la Mustang prenant en filature la Charger. Les voitures se retrouvent soudainement dans Russian Hill et North Beach: elles empruntent Filbert Street en direction de la Coit Tower et de l’église St Pierre et St Paul. La poursuite s’accélère: on tourne sur Columbus Avenue jusqu’au Bimbo’s, qui était déjà une salle de spectacle.

Virage à droite sur Chestnut, puis sur Leavenworth. Détour par Potrero, au sud-est de la ville, puis retour sur Russian Hill, tout au nord: la descente de Taylor Street avec Alcatraz en ligne de more est vertigineuse.

Après un virage sur la sinueuse Francisco, les voitures se dirigent vers la Marina puis le Golden Gate Bridge. Le réalisateur, Peter Yates, n’a pas reçu les autorisations nécessaires pour emprunter le célèbre pont, par crainte des embouteillages monstres que le tournage auraient engendrés. La course-poursuite continue alors dans le sud de San Francisco, dans Visitacion Valley, puis dans Daly City. La Dodge Charger finit par foncer dans une station-service qui explose. Clap de fin.

Afin de rendre la course-poursuite encore plus spectaculaire, une caméra Aeroflex 2C fut installée dans la voiture pour que le spectateur puisse vivre la course-poursuite du point de vue du conducteur. Jusqu’en 1968, la plupart des courses de voiture étaient filmées à vitesse réduite, puis accélérées en studio. “Bullitt” est tourné à vitesse réelle: le réalisateur avait recommandé des pointes à 120-130 km/h, mais elles atteignirent 177km/h en pleine ville…

Le maire de l’époque, Joseph Alioto, ferma d’ailleurs les yeux sur ces écarts: il tenait à ce que “Bullitt” soit tourné à San Francisco et avait négocié que la Warner paie la construction d’une piscine dans le quartier de Bayview. “Bullitt” fut un grand succès de l’année 1968: le public fut au rendez-vous, et le film remporta l’Oscar du meilleur montage en 1969.