Bubble, la start-up qui dit “non” au code, lève 6,25 millions de dollars

Emmanuel Straschnov, co-fondateur de Bubble. Crédit : Bubble

« Ça nous a pris sept ans mais aujourd’hui, quand les utilisateurs nous disent : ‘Je veux construire ça’, c’est très rare que la réponse soit non », se réjouit Emmanuel Straschnov, co-fondateur de Bubble, une plateforme qui permet de construire un site sur-mesure sans toucher au code.

La start-up fondée en 2012 à New York vient de boucler une première levée de fonds de 6,25 millions de dollars, menée par SignalFire (qui a notamment investi dans Uber et Lime). Le but, et non des moindres : « devenir la plateforme de référence pour ceux qui souhaitent créer un site avant de mettre les mains dans le code », résume l’entrepreneur.

Quand Emmanuel Straschnov a rencontré Joshua Haas en 2012 par leur réseau en commun d’Harvard, ils se sont associés « au premier café ». Leur objectif, à un moment où « tout le monde ne jurait que par l’apprentissage du code », se souvient-il : « transformer tout utilisateur en programmeur ».

Quelques années de « travail de fourmi » plus tard, l’équipe de Bubble est passée à 15 personnes, dont 6 ingénieurs et recense près de 280.000 utilisateurs, dont 2.700 entreprises qui payent pour le service premium de la plateforme.

La start-up promet même de pouvoir programmer l’équivalent de Twitter ou Airbnb en une semaine, grâce à une bibliothèque de modules que l’utilisateur peut sélectionner, déplacer et modifier à son goût. « On voulait attendre d’être prêts pour lever de l’argent. Si on multiplie le nombre d’utilisateurs par dix mais qu’ils sont déçus, ils ne reviendront jamais », raisonne Emmanuel Straschnov, qui a constaté « un tournant » l’an dernier. « Le produit est devenu suffisamment étoffé pour couvrir toutes les utilisations possibles », assure-t-il.

Face à une concurrence croissante et une multiplication des plateformes de créations de sites, Emmanuel Straschnov assure que Bubble, pionnier à sa création, peut compter aujourd’hui sur « pas mal d’avance ». Avec cette levée de fonds, les entrepreneurs comptent multiplier leur revenu par trois dans les 18 prochains mois, finir l’année à « 25 ou 28 » personnes dans l’équipe et surtout, miser sur les start-ups.

« L’avantage des start-ups, c’est qu’on peut grossir avec elles. Et même si elles ne marchent pas, les entrepreneurs peuvent toujours revenir vers nous pour leur prochain projet ou nous recommander », observe Emmanuel Straschnov, qui imagine un monopole d’ici 15-20 ans. « La plupart des entreprises n’auront plus de codeurs, seuls quelques développeurs enrichiront la plateforme ».