À Washington, Bruno Le Maire vend la France de Macron aux entreprises US

Bruno Le Maire à la Chambre américaine de commerce le jeudi 12 octobre 2017.

A l’occasion des réunions du Fonds Monétaire Internationale et de la Banque mondiale, le ministre français de l’Économie et des Finances Bruno Le Maire a fait un détour jeudi par la Chambre de commerce américaine pour une conférence devant un parterre de journalistes et de responsables de la Chambre.

Au programme : relation bilatérale, eurozone, fiscalité, échanges commerciaux… Et au final peu de points de divergence, comme l’annonçait le discours introductif du vice-président de la Chambre, Myron Brilliant : « On apprécie de vous avoir ici car nous savons que vous essayez de rationaliser le marché du travail, d’équilibrer le budget et de moderniser la fiscalité ».

« Le changement est en cours”, confirmait Bruno Le Maire quelques minutes plus tard, avant d’énumérer : « le président Macron a signé une loi rendant le droit du travail plus flexible, nous réduisons les dépenses publiques, l’impôt sur les entreprises va progressivement baisser de 33 à 25%, nous allons nous débarrasser de l’ISF, une spécialité française… »

Fiscalité et géants de l’internet

Au cours de son très libéral plaidoyer, le ministre français a tout de même abordé la question de la fiscalité des géants de l’internet –un sujet de discorde chronique opposant l’UE à Google et autres Amazon. « Ces entreprises, où qu’elles soient, doivent payer leur part d’impôts dans les pays où elles opèrent, a insisté le locataire de Bercy, c’est une question d’équité et de justice. »

Satisfait du « message fort » envoyé par le ministre français aux entrepreneurs américains, Garrett Workman, directeur des affaires européennes à la Chambre américaine de commerce, se réjouit de « la mise en place des fondamentaux de l’économie en France ». « Cela va permettre une poursuite de la croissance des investissements des deux côtés de l’Atlantique, explique-t-il, c’est une des raisons pour lesquelles nous soutenons les réformes du président Macron ».

« Ce que je retiens du discours du ministre, c’est que “France is back !” », se félicitait à l’issue de l’événement le député LREM des Français d’Amérique du Nord Roland Lescure. On sent ici beaucoup d’espoirs et d’attente autour de la transformation qui est en train de se faire en France. »