La controversée Beth Van Duyne honorée par la FACC Dallas

La chambre de commerce franco-américaine de Dallas récompensera un personnage controversé lors de son prochain gala, le 13 mai.

Beth Van Duyne, maire d’Irving, a fait les titres de la presse nationale début 2015 en alimentant des fausses rumeurs selon lesquelles un centre islamique de sa commune avait instauré un tribunal pour faire appliquer la charia – le tribunal en question était en réalité un panel de médiation, comme il en existe dans d’autres confessions, et était situé à Dallas.

En mars, elle a demandé à son conseil municipal de soutenir un règlement controversé nommé “American Laws for American Courts” qui aurait interdit aux juges de prendre en compte le droit étranger dans leurs décisions – une pratique déjà illégale. Même si l’islam n’y était pas nommé, ce texte sans fondement a été vu comme une attaque contre la communauté musulmane. Ces prises de positions ont trouvé un écho important sur fond de regain d’islamophobie aux Etats-Unis. Ils ont valu à l’élue de recevoir de nombreux soutiens dans les cercles anti-musulmans et complotistes et sur les réseaux sociaux, où elle a été décrite comme un “serviteur de Dieu, un défenseur des femmes et l’un des personnages politiques les plus enthousiasmants à sortir des banlieues du nord-Texas” , rapporte le Dallas Morning News.

“Pas un choix politique”

Les responsables de la chambre de commerce franco-américaine n’étaient pas au courant de la polémique au moment de choisir la maire comme la récipiendaire du prix Alain Bellet, attribué chaque année à une personnalité impliquée dans les relations entre Dallas et la France. “Nous avons découvert cette polémique après. Oui, nous nous sommes aperçus qu’il y avait eu cette controverse, mais on avons décidé de rester sur notre choix , explique Sylvie Rauscher, directrice exécutive de la chambre. Beth Van Duyne nous a beaucoup aidés depuis trois-quatre ans pour l’organisation de notre soirée Beaujolais and Beyond à Irving. Elle est très francophile. Nous voulions la récompenser pour son aide. 

La soirée doit permettre de lever des fonds pour financer les missions de la FACC. “Notre choix n’est pas du tout politique. Nous ne le sommes pas du tout et nous ne voulons pas que cette soirée ait une dimension politique” , insiste Sylvie Rauscher. Ça va rester une belle fête” .