Bertrand Delanoë en visite à San Francisco

A San Francisco, Bertrand Delanoë se sent un peu chez lui. “J’ai connu la ville lorsque j’étais tout jeune homme“, confie le maire de Paris, assis dans le lobby du Fairmont Hotel, dans les hauteurs de la ville.

Depuis 16 ans, les deux villes sont jumelées et partagent des projets de développement dans des domaines tels que les énergies nouvelles, les technologies de l’information et la culture. Mercredi, Bertrand Delanoë et son homologue san franciscain, Ed Lee, ont signé un nouveau mémorandum de coopération et discuté de futurs projets. “On voit qu’ils sont par exemple en avance sur l’implantation de vélos électriques en libre-service, explique le maire de Paris, tant mieux, ce sont des innovations qui peuvent nous servir.

Twitter va ouvrir un bureau à Paris

Puis, jeudi, avant d’assister à la première de “Rhinocéros”, la pièce mise en scène par Emmanuel Demarcy-Mota et la troupe parisienne du Théâtre de la ville à l’université de Berkeley, Bertrand Delanoë s’est immergé dans l’économie bouillonnante des start-up.

A Parisoma d’abord, un espace de co-working créé par le Français Stéphane Distinguin sur le modèle parisien de La Cantine et qui a lancé plus de 300 start-up dans la région de San Francisco. Mais surtout chez Twitter, dans les nouveaux locaux de la société de micro-blogging, sur Market street, en plein centre-ville.

Et Jack Dorsey, son PDG, a accueilli le maire de Paris avec une bonne nouvelle : son intention d’ouvrir un bureau dans la capitale au printemps prochain. Avec près de 5,5 millions d’inscrits, la France représente un marché attractif pour Twitter. La société compte profiter de son implantation physique dans l’Hexagone pour développer ses partenariats avec les grands médias français, TF1 et Canal Plus, notamment.

Je considère qu’il est le bienvenu à Paris. J’en ai profité pour lui transmettre le dynamisme de notre ville et son adhésion à l’innovation, commente, ravi, Bertrand Delanoë. Jack connait très bien Paris, il y vient souvent et y a des amis. Mais je crois qu’il avait l’impression que la France était un peu fermée à toutes ces aventures, je lui ai dit que Paris était un microcosme. Je lui ai parlé de nos pépinières d’entreprises telles que Silicon Sentier ou la Gaité lyrique, le centre d’art numérique. Paris est une ville attractive, ce n’est pas par hasard“, explique le maire de la capitale, qui a même proposé ses services pour aider la compagnie américaine à trouver des locaux, une centaine de mètres carrés pour accueillir une vingtaine de salariés “dans Paris intra-muros j’espère !“, ajoute-t-il.