À Austin, une sous-filiale de la RATP mise à l’amende

Un compromis a été trouvé dans le bras-de-fer qui opposait depuis deux ans une sous-filiale de la RATP au Texas à des travailleurs dont les avantages sociaux avaient été mis à mal lors d’une opération d’acquisition.

Début novembre, le National Labor Relations Board (NLRB), l’agence fédérale chargée de réguler les relations sociales, a reconnu que la sous-filiale en question, McDonald Transit Associates, avait “enfreint la National Labor Relations Act quand, entre autres choses, il a unilatéralement procédé à des modifications dans les couvertures santé et retraite des salariés au moment où il a commencé à assurer des services de Capital Metro, en 2012 », peut-on lire dans un communiqué de l’agence.

Lire: À Austin, la RATP coupe les coûts

Le bras-de-fer portait plus précisément sur la protection sociale des 853 salariés de Capital Metro, l’operateur du réseau de bus d’Austin. Cette société a été rachetée en 2012 par McDonald Transit Associates, qui appartient à RATP Dev America, une filiale de la RATP implantée à New York. Problème: s’ils ont été repris aux mêmes niveaux de salaires par McDonald Transit Associates, les salariés de Capital Metro n’avaient obtenu aucune garantie de maintien de leur plan d’épargne retraite, ni de leur couverture santé.

A la suite de cette décision du NLRB, la filiale du groupe RATP au Texas a été contrainte de négocier avec le syndicat des travailleurs Amalgated Transit Union la compensation qui serait versée aux 600 salariés ayant enregistré des pertes. Les deux parties sont tombées d’accord sur la somme de 655.000 $. McDonald Transit Associates a aussi été condamnée par un juge administratif à informer ses collaborateurs de cette décision et de leurs droits par voie d’affichage.

Pour Joneth Wyatt, le président de la section 1091 de l’Amalgated Transit Union, c’est « une victoire majeure ». McDonald Transit et la RATP n’ont pas donné suite à nos demandes d’interview.