Au Texas, des cronuts jusqu’à El Paso

Le cronut, mi-croissant mi-donut, fait son chemin jusqu’au Texas.

Alors que les New-Yorkais s’alignaient dans d’interminables files d’attente aux aurores pour mettre la main sur la création du pâtissier français Dominique Ansel, coup de tonnerre : une chef pâtissière de Dallas – Najat Kaanache (ex-Private Social) clamait en être l’inventrice.

Selon le blog Eats du Dallas Morning News, son cronut, proposé dès le début de l’année, n’avait toutefois rien à voir avec la version sucrée vendue à New York. Il semble donc que la première pâtisserie texane à avoir copié le cronut new-yorkais soit Peña’s Donut Heaven à Pearland, au sud de Houston. Le lancement du “dossant” (c’est le nom du cronut local, l’appellation étant protégée), « a été très bon pour les affaires », se félicite son propriétaire Ray Peña, qui a appris à fabriquer des donuts avec ses parents et mis quelques semaines pour mettre au point une pâte à croissants.

Avant San Antonio ou Austin, une boulangerie d’El Paso vient, à son tour, de succomber à cette folie alimentaire en lançant le “cronot”. « Nos clients nous le demandaient ; mes employés m’en avaient parlé et ils étaient très enthousiastes quand nous nous sommes lancés » la semaine dernière, explique Jonathan Bowden, fondateur de la pâtisserie Belle Sucre.

A l’approche du premier anniversaire de l’établissement, «c’était aussi le bon moment» pour lancer la gourmandise, reconnaît le chef, qui loue le mariage de la saveur du donut et du croustillant du croissant. Mais il avoue que « s’il avait à choisir entre un croissant et un cronot, il choisirait le croissant, qui ne passera jamais de mode ».

A 4,75 $, le cronot d’El Paso est presque aussi cher que le cronut de Dominique Ansel (à 5 $, mais s’étant échangé bien plus cher, du fait de la pénurie), tandis que le dossant de Pearland vaut 3,50 $.