Ariane Daguin, un bon petit canard dans Bloomberg

Revue de presse. On croyait que le titre de reine de foie gras suffisait à Ariane Daguin. Il faut penser que non.

Après avoir développé une société prospère, D’Artagnan, dont “les revenus ont doublé en cinq ans et les ventes en ligne quadruplé” , et vendu ses viandes “gourmet” aux plus grands restaurants, la Gasconne à l’accent chantant veut s’attaquer aux masses.  Ou “les consommateurs de Middle America” , si l’on en croit le site d’information Bloomberg dans un article paru le 30 juillet.

Pour séduire le consommateur moyen qui mange à la maison, elle a ajouté à son offre des burgers à des prix premium, du bacon et des hot dogs. Elle a aussi lancé un site internet conçu pour s’adresser aux Américains qui aiment la nourriture de qualité, et elle pousse pour s’implanter dans des épiceries plus ‘grand public’ ” , écrit le journaliste Craig Giammona.

Poulet dégueu

Tout a commencé, indirectement, quand Ariane Daguin a découvert le poulet américain. “Elle se souvient avoir presque fondu en larmes” en mangeant du poulet lorsqu’elle était au pair dans le Connecticut. “Je voulais juste un poulet qui n’était pas ramolli et sans saveur” , raconte-t-elle à Bloomberg. A D’Artagnan, elle “travaille dur à créer un canard meilleur” . Le journaliste raconte que dans la ferme avec laquelle elle travaille en exclusivité, à Cochecton (près de la frontière avec la Pennsylvanie), les canards disposent de “trois fois plus d’espace de vie que dans les fermes traditionnelles” et “sont élevés pendant onze semaines, soit deux fois plus que les standards” .

Whole Foods lui ferme ses portes

Bloomberg raconte que plusieurs entreprises ont approché Ariane Daguin pour racheter D’Artagnan. En vain. “Je m’amuse trop, dit-elle. J’aime l’argent mais combien m’en faut-il? J’ai une mini cooper, je n’ai pas besoin d’une Mercedes” .

S’il y a bien une enseigne qui a résisté à la Française jusqu’à présent, c’est Whole Foods. “Elle dit que la chaine a refusé ses produits en raison de son soutien au foie gras, fait à partir du foie d’oies gavées. Whole Foods dit qu’il a des standards rigoureux de qualité et de traitement des animaux” explique Bloomberg.

Les masses vont-elles adopter D’Artagnan, comme Ariane Daguin y travaille à présent? Bloomberg note que la concurrence est féroce et que les “alternatives moins chères sont abondantes” . Mais ” D’Artagnan ne dépense rien en publicité et se repose plutôt sur le buzz local créé par les consommateurs, qui demandent de plus en plus d’où vient la nourriture et comment elle est créée, alors que la société développe ses ventes aux restaurants dans le pays” .