Amel Derragui, la gourou des conjoints d’expats

En savoir plus

Workshop: HOW TO FIND THE RIGHT BUSINESS IDEA FOR YOU

Le mercredi 14 octobre à 5pm ET (4pm CT; 2pm PT)

Inscriptions gratuites ici

A passer son temps à courir le monde et à grandir entre une multitude de cultures, on apprend notamment à aller à l’essentiel. Et Amel Derragui est du genre direct: “l’objectif pour un conjoint d’expat c’est d’avoir un revenu durable, ne pas être dépendant de l’autre”. Son combat est celui de l’égalité dans le couple, ou en tout cas de l’équilibre. Et pour elle, cela passe par l’entrepreneuriat.

Fille de diplomate algérien, Amel Derragui a passé son enfance et adolescence à passer d’un pays à l’autre, avant d’étudier en France et d’y commencer une carrière dans la publicité. “J’étais ravie d’être enfin installée quelque part, j’en avais marre de bouger. Je disais à mes parents: ‘je ne voyagerai plus et jamais je n’abandonnerai ma carrière pour un homme’”. Et bien entendu, c’est exactement ce qui arriva. Elle rencontre son futur mari, diplomate autrichien, lors d’une visite à ses parents en Iran.

Devenue “conjoint d’expat”, elle lance son business de consultante en marketing, mais lorsque la carrière de son mari les amène à New York, elle se retrouve “très seule, perdue: c’est comme si ce que j’avais fait avant d’arriver aux US n’avait aucune valeur, il fallait tout recommencer à zéro”. De cette expérience, et de sa volonté farouche de ne pas être dépendante, va naître plus qu’une carrière, une vocation, celle d’évangélisatrice de l’idée de “business portable”. Elle crée Tandem Nomads, d’abord sous la forme d’un podcast, puis d’une plateforme en ligne pour aider les époux d’expats à entreprendre.

Tout business en ligne n’est pas un business portable

Depuis sa mission est devenue une entreprise à part entière, dont les clients viennent chercher l’expertise d’Amel Derragui pour créer leur propre “business portable”. “Il ne s’agit pas juste de se dire :’je me lance’, il faut le faire en pensant dès le début au déménagement, à la prochaine étape”. Bref, un expat avisé est celui qui dès le début de son aventure entrepreneuriale intègre le nomadisme à son projet. Donc forcément un business en ligne? “Oui, répond-elle, mais attention: si tout business portable est en ligne, tout business en ligne n’est pas portable”. S’il vous faut par exemple faire vous-même la logistique de votre e-boutique, votre business n’est pas portable. “Mais il existe tellement de solution aujourd’hui, par exemple le ‘drop-shipping’, que ce n’est plus que rarement un obstacle”.

Autre erreur fréquente de l’expat candidat à l’entrepreneuriat: confondre compétence portable et business portable. “Une prof de yoga a une compétence portable: elle peut l’être n’importe où, dit-elle. Le problème c’est que si elle déménage elle va devoir recommencer à zéro, reconstruire sa clientèle. Tout l’enjeu est justement de ne pas avoir à recommencer à zéro à chaque déménagement”. Pour ce faire, Amel Derragui recommande la règle des 60/40: faire en sorte qu’au moins 40% du revenu ne soient pas dépendants de l’endroit où on vit. “Cela ne signifie pas du tout que la prof de yoga ne peut pas voir un business portable, mais il faut par exemple qu’au-delà des classes en salle, elle développe parallèlement par exemple des cours en ligne”.

Nouveaux nomades post-Covid

Forgé par et pour des conjoints d’expat, le concept de “business portable” a changé de dimension depuis six mois: “tout à coup les clients qui viennent me voir ne sont plus seulement des époux d’expats, mais simplement des gens qui veulent quitter les grandes villes, ou simplement changer de mode de vie”. Et comme par miracle, ces idées qu’Amel Derragui s’échine à promouvoir depuis des années sont “devenues ‘mainstream’, il n’y a plus à convaincre personne!”

Surtout, la pandémie aura permis de faire sauter les dernières barrières au numérique, et ouvert du même coup les champs du possible pour les “business portables”. “Qui aurait accepté il y a encore 6 mois de faire des cours de yoga en ligne? Bien peu de gens, des millions l’ont fait depuis!” Les secteurs les plus improbables s’y mettent, comme cette cliente d’Amel Derragui, coach pour cavaliers de compétition: “difficile d’imaginer cela sans présence physique, eh bien elle a réussi! Elle a lancé un programme de training en ligne que ses élèves adorent”.

Workshop avec French Morning et Tandem Nomads

Pour aider les candidats entrepreneurs -expats ou pas-, French Morning et Tandem Nomads organisent un “workshop” gratuit pour vous aider à trouver une idée de “business portable”. Présenté en anglais, cet atelier interactif vous permettra d’apprendre:

-les 10 étapes pour trouver l’idée de business qui vous convient

-Comment transformer l’idée en business viable, profitable et portable

L’atelier est gratuit, tout comme le livre d’exercices qui vous sera remis. Bien plus qu’un webinar, c’est une seance interactive où vous pourrez brainstormer et obtenir conseils et avis de l’expert.

Le 14 octobre à 5pm ET (4pm CT; 2pm PT)

Inscrivez-vous ici

En savoir plus

Workshop: HOW TO FIND THE RIGHT BUSINESS IDEA FOR YOU

Le mercredi 14 octobre à 5pm ET (4pm CT; 2pm PT)

Inscriptions gratuites ici