Amance Pélissier, stagiaire à San Francisco avec 2.250 dollars par mois

Amance, stagiaire à San Francisco. (Credit : Klervi Drouglazet)

En savoir plus

French Morning ose tout, même farfouiner dans votre porte-monnaie. Nous lançons cette nouvelle rubrique “Porte-money” destinée à vous faire parler de vos finances.

French Morning plonge dans le porte-monnaie d’Amance Pélissier, stagiaire dans la finance à San Francisco. La jeune femme nous parle de son budget mensuel pour survivre au coût de la vie de la Fog City.

En stage de trois mois en analyse financière pour une entreprise française, Amance Pélissier s’est d’abord vue proposer un salaire de stagiaire parisien de 1.500 € brut. « J’ai commencé à regarder les loyers et je me suis vite rendu compte que ce n’était pas suffisant pour vivre à San Francisco. » À quelques jours de traverser l’Atlantique pour retourner en France, la jeune femme de 24 ans fait les comptes.

Entre son salaire en euros et son loyer en dollars, la pétillante demoiselle s’emmêle un peu les pinceaux : « Je n’ai pas ouvert de compte aux États-Unis, pour trois mois ça ne valait pas le coup ». L’été dernier, quand elle commence à regarder les appartements en colocation, elle fixe la barre à 1.500 dollars de loyer mensuel. « Je ne trouvais rien à ce prix-là près du Financial District où je travaille. C’est très compliqué de vivre seule à San Francisco. Il faut compter plus de 3.000 dollars par mois pour un studio bien placé. »

Recettes
Amance Pélissier gagne 2.160 euros net par mois, ce qui équivaut à 2.250 dollars. « Tout le monde peut s’en sortir à San Francisco avec mon salaire à condition de ne pas faire d’écarts », explique la stagiaire qui confie avoir fait une croix sur les soins de beauté et les spectacles trop onéreux. Pendant son séjour à San Francisco, elle ne voulait pas puiser dans ses économies car le remboursement de son prêt étudiant l’attend à son retour en France.

Dépenses
Son plus grand poste de dépense est son loyer : 1.400 dollars par mois, « ce qui équivaut à 60 % de mon salaire ». Amance Pélissier a fait le choix de s’éloigner de son bureau (45 minutes de transport) pour vivre avec des colocataires avec qui elle a eu « tout de suite un très bon feeling ». « Je vis avec six Français dans une grande maison de 185 m2 avec jardin, entre Balboa Park et West Portal. On a une vraie vie de famille. »

Au loyer, se rajoutent les charges : gaz, électricité, eau et internet, qu’elle estime à 70 dollars par mois. « Les frais se diluent bien car on est sept et je suis arrivée à un moment où on ne chauffait pas ». Pour remplir le frigo, la Française estime dépenser 300 dollars par mois.

Ses colocataires ont l’habitude de se faire livrer les courses par Safeway mais la Parisienne va toute de même « acheter des fruits et légumes au petit marchand d’à côté ». « Comme pour le reste, on partage toutes les dépenses alimentaires que l’on inscrit sur l’application Splitwise. On pourrait dépenser moins notamment en sélectionnant des produits différents mais ce n’est pas évident de changer les habitudes de chacun », confie-t-elle.

Face à ses autres dépenses incompressibles tels que le transport (84 dollars la Clipper Card mensuelle) et de téléphone (68 dollars pour un abonnement international), Amance Pélissier a pris le risque de ne pas avoir d’assurance médicale.

Elle fait très attention à ne pas trop dépenser en sorties : « on ne trouve pas de pinte de bière en dessous de six dollars tips inclus. Alors on prend l’apéro à la maison ! ». Adepte de Yoga, elle va à Yoga To The People, des cours hebdomadaires où les participants versent ce qu’ils veulent. « Les sorties culturelles coûtent chères, le cinéma peut vite être hors de prix : j’ai payé 17 dollars la dernière fois. Par contre, les musées sont gratuits le premier mercredi du mois. »

En savoir plus

French Morning ose tout, même farfouiner dans votre porte-monnaie. Nous lançons cette nouvelle rubrique “Porte-money” destinée à vous faire parler de vos finances.