Albertine, chapitre d’ouverture

Infos Pratiques

Lundi-Jeudi, Samedi : 11h-19h
Vendredi : 11h-22h
Dimanche : 11h-18h
 
972, Fifth avenue (et 79th rue)
http://albertine.com

 

« Albertine est un pari. Il faut être un peu fou pour ouvrir une librairie française à New York. » Vendredi, Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères, a coupé le ruban rouge de la nouvelle librairie française, devant une centaine de personnes.

Depuis samedi 27 septembre, ce bookshop français est donc ouvert au public. Un public averti, car on ne risque pas de tomber dessus par hasard : Albertine est une librairie speakeasy, sans signalement dans la rue pour des questions réglementaires. Financée par l’Etat, quelques mécènes et des entreprises, elle est installée dans un hôtel particulier de la cinquième avenue, face à Central Park – le bâtiment qui héberge les services culturels de l’Ambassade de France.

A l’intérieur, sur deux niveaux, l’ensemble est plutôt réussi. Une atmosphère chic et très classique. Entre le club anglais, le boudoir et la bibliothèque d’une fac Ivy league : canapés en cuir, parquet qui grince, murs vert d’eau, étagères en bois sombre surmontées de bustes sculptés. A l’étage supérieur, les lumières tamisées éclairent un plafond bleuté, parsemé d’étoiles.

Parmi les 14 000 ouvrages, on trouve, comme en France, des succès de la rentrée littéraire, des classiques francais, des livres d’économie ou de sciences politiques, des BD, des livres de poche, des guides de voyages, un rayon jeunesse…

« Les deux tiers des livres sont ceux que l’on retrouverait dans une librairie francaise indépendante. Les autres sont particulièrement liés aux Etats-Unis : des livres d’histoire ou de sciences sociales, des romans ou des ouvrages sur New York », raconte Francois-Xavier Schmit, le responsable de la librairie, ancien responsable RH chez Renault qui a ouvert une librairie à Toulouse (L’Autre Rive) en 2008, avant de débarquer à New York pour ce projet l’année dernière. 

« Ce qui va faire vivre cet endroit, ce sont les conférences, le fait que cela sera un lieu de rencontres et d’échanges. Et c’est aussi la personne du libraire, ses conseils, ses choix. Amazon ne remplace pas cela! », remarque Catherine Cusset, écrivain française qui vit à New York, dont le nouveau roman, Une éducation catholique, est empilé sur une table.

Pour la cérémonie d’ouverture, la librairie avait organisé un premier débat entre Laurent Fabius et Charles Ferguson, le réalisateur du film Inside Job. Plusieurs autres conférences sont prévues dans les semaines à venir. 

Mais ce que les expatriés vont surtout adorer, ce sont les prix. Albertine veut en effet rester fidèle au prix unique du livre français. Le tout… sans taxes à ajouter.

 

 

Infos Pratiques

Lundi-Jeudi, Samedi : 11h-19h
Vendredi : 11h-22h
Dimanche : 11h-18h
 
972, Fifth avenue (et 79th rue)
http://albertine.com