“Agir, la droite constructive” se lance en Amérique du Nord

Dominique Lemoine, fondateur d'Agir en Amérique du Nord. Discours de 2015 à l'occasion de l'attentat au Bataclan

Je ne sais pas si c’est moi qui ai quitté Les Républicains ou si ce sont Les Républicains qui m’ont quitté“. Militant de droite de longue date, le conseiller consulaire d’Atlanta Dominique Lemoine a décidé de quitter du parti. L’élection de Laurent Wauquiez en décembre a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase.

Les Républicains français s’engagent dans les mêmes dérives que les républicains américains. Ce n’est pas ma philosophie. Je suis un libéral avec une sensibilité sociale, pas un nationaliste strident. Sens Commun, le rapprochement des idées du Front National… Il y avait une autre possibilité. J’ai sauté sur l’occasion“.

Cette “autre possibilité“, c’est le mouvement “Agir, la droite constructive”, lancé par plusieurs ancien membres LR regroupés sous l’étiquette “les Constructifs”, dont l’ancien député des Français d’Amérique du Nord Frédéric Lefebvre. Ces élus ou anciens élus ne reconnaissent pas dans la ligne droitière de Laurent Wauquiez mais ne veulent pas pour autant rejoindre La République en Marche.

Devenu officiellement parti en novembre, le groupe se structure en France et à l’étranger. Dominique Lemoine l’animera en Amérique du Nord et travaille avec l’ex-LR Jean-Louis Gibault en Belgique pour l’organiser à l’international. “Je ne suis pas En Marche, mais si Emmanuel Macron et Edouard Philippe font les réformes que le centre-droit demande, je ne vois pas pourquoi on serait en opposition systématique”. Tout en saluant les réformes économiques du gouvernement et le “sans faute” du président en politique étrangère, il prévient toutefois qu’il “ne s’agit pas de donner un chèque en blanc, notamment sur les Français de l’étranger où le gouvernement est très léger“.

Dominique Lemoine n’est pas le seul élu des Français de l’étranger à avoir sauté le pas. Le sénateur rattaché LR Robert del Picchia fait partie des membres fondateurs d’Agir. “Beaucoup de gens nous contactent, assure Dominique Lemoine. Je connais bien les adhérents LR en Amérique du Nord. Ce ne sont pas des nationalistes. Ce sont des gens qui votent à droite en France mais démocrate aux Etats-Unis.

Agir n’en est qu’à ses balbutiements en Amérique du Nord. La priorité de Dominique Lemoine dans la circonscription et le reste du monde est “d’organiser l’architecture du parti, lever des fonds, recruter, informer les électeurs.” Proche de Frédéric Lefebvre, battu lors de la dernière législative, Dominique Lemoine assure que l’antenne nord-américaine d’Agir n’a pas vocation à servir de rampe de lancement pour une future candidature Lefebvre. “Ce n’est pas du tout à l’ordre du jour. Les prochaines élections sont dans longtemps”, dit-il, soulignant que “l’Amérique du Nord a toujours une place spéciale pour lui. Il y vient souvent pour son travail”. MM. Lefebvre et Lemoine sont associés au sein du cabinet d’avocats Lemoine-Lefebvre. “Il aura toujours un oeil bienveillant sur l’Amérique du Nord, avec laquelle il entretient une relation d’affaires et affective“.