Une agence française choisie pour un grand projet urbain à Los Angeles

Ils étaient 53 candidats à présenter un projet pour transformer Pershing Square à Downtown Los Angeles. Seulement quatre ont été retenus après élimination, dont trois Américains et un Français. Et c’est finalement l’Agence Ter, une équipe d’architectes paysagistes de Paris, qui a gagné le concours.

« C’était inattendu pour nous », confie Henri Bava, co-fondateur et directeur de l’Agence Ter, qui a fêté début mai sa victoire dans le restaurant français Le Petit Paris. A quelques centaines de mètres de Pershing Square. « Il s’agissait de notre première incursion aux Etats-Unis. L’idée est venue d’une amie américaine qui enseigne à l’Université de Californie du Sud, et qui avait entendu parler de cet appel à projet », nous explique-t-il.

Le concours était organisé par Pershing Square New, une association de représentants de la ville et d’acteurs économiques de downtown L.A, qui cherchent à profiter de la renaissance de ce lieu pour créer de l’animation autour de l’esplanade. Situé au cœur de Downtown, cet espace est un trait d’union entre le quartier culturel (le Disney Concert Hall dessiné par Frank Gehry, le Broad Museum..,), le quartier administratif et le centre historique, avec ses immeubles spectaculaires des années 20.

« J’avais gardé de Downtown L.A l’image d’un endroit qui s’anime le jour mais s’éteint complètement la nuit », se rappelle Henri Bava. Il y a huit mois, juste avant de se lancer dans ce concours, il s’envole pour Los Angeles pour mieux comprendre l’esprit nouveau qui souffle sur “DTLA”.

Il se fixe alors un objectif : faire de cette place un lieu de rencontres et de vie – une  “destination”, et non un lieu de transit comme c’est le cas aujourd’hui. “Dans ma tête, ce devait être un endroit complètement ouvert”, explique-t-il. Il propose alors de rabaisser l’esplanade au niveau des rues qui l’entourent. Un choix radical et coûteux, puisque casser la dalle pour en remettre une autre à niveau mobilisera un tiers du budget prévu pour les travaux, soit plus de 15 millions de dollars sur une enveloppe de 50 millions.

Un autre principe guide la conception de son projet : la chaleur. « A Los Angeles il faut de l’ombre ! », lance Henri Baava. Cet ancien de l’École nationale supérieure du paysage de Versailles conçoit ainsi l’idée d’un jardin ombragé et d’une vaste canopée. Dans ce futur parc urbain, les Angelenos pourront se promener, faire du yoga lire, dîner, assister à des concerts et à des projections de film à ciel ouvert.

RFP_Agence-Ter-and-Team_Page_47

Pour développer son projet, l’Agence Ter s’est associée à dix bureaux de L.A (paysagistes, architectes, ingénieurs) et à un artiste designer qui a travaillé sur l’illumination de la canopée la nuit. Le 28 avril dernier, Henri Bava a présenté son projet devant 1 000 personnes rassemblées dans un théâtre du centre historique. D’après lui, les neuf membres du jury de Pershing Square New ont été séduits par la touche européenne de sa proposition, qui privilégie la notion de convivialité.

Maintenant qu’ils ont été choisis, les paysagistes français vont créer Agence Ter Los Angeles et ouvrir un bureau près de Pershing Square. Etape suivante : discuter avec les autorités pour s’assurer de leur accord de principe sur le futur chantier. Les 50 millions de dollars prévus pour la construction seront financés par des acteurs publics et privés.

Tous les fonds ne sont pas encore réunis, mais les responsables de Pershing Square New souhaitent que le chantier soit terminé d’ici trois ans et demi. Dans le paysage du futur Pershing Square, Henri Bava imagine un dernier petit détail à rajouter : « J’aimerais bien qu’il y ait un restaurant français sous la canopée ».