Il abandonne l’informatique pour devenir viticulteur au Texas

Benjamin Calais aime les défis. Au point d’en relever un qui ne s’avère pas des plus simples: devenir viticulteur… au Texas. Originaire de Calais, cet ancien consultant en informatique a implanté son entreprise viticole Calais Winery au cœur de la Texas Hill Country.

Cette région viticole, située à environ trois heures d’Austin et de Dallas, est aussi surnommée la route du vin. Au détour d’un virage, un drapeau français flotte discrètement au bord de la Highway 290 et conduit jusqu’à la cave. Casquette arborant les couleurs de son pays, t-shirt à l’effigie du vin, le jeune viticulteur tient à représenter la France. Trois fois par semaine, il anime des dégustations pour les nombreux curieux et adeptes de bouteilles haut de gamme.

“Je suis né en 1982, c’est la meilleure année de Bordeaux des 45 dernières années. Mon grand-père avait acheté beaucoup de vin de cette année, des Saint-Émilion grands crus. Depuis, ce vin a toujours une place spéciale pour moi”, se souvient le viticulteur de 36 ans.

Le jeune homme se tourne d’abord vers une autre voie et effectue des études d’ingénieur. Devenu consultant informatique pour une entreprise française, cette carrière lui ouvre les portes du Texas. Attirée par le boom des hautes-technologies qui font alors vibrer les grandes villes texanes, son entreprise lui propose un contrat d’expatrié pour participer au lancement d’un centre de recherche à Dallas. Benjamin Calais arrive en 2007 en terre conquise, puisqu’il y était allé plusieurs fois dans le cadre de son travail. “J’avais déjà goûté tous les vins du Texas et c’est allé vite, car peu de vins étaient bons”, se souvient-il.

Le passionné de vin n’a pas oublié le goût enivrant du Saint-Émilion de son grand-père. À peine arrivé à Dallas, il achète des vignes et créé Calais Winery. Après un peu plus d’un an, il se sépare de la société pour laquelle il était venu au Texas et se consacre entièrement à la production de vin. Avec un visa Investisseur (E-2) en poche, il arpente alors les vignes texanes à la recherche de bons terroirs.

En 2007, le Texas comptait une centaine de licences viticoles, dont la plupart utilisait des raisins originaires de Californie pour confectionner leur vin. Tout est à découvrir. Benjamin Calais a alors une idée : produire du vin haut de gamme sur le sol semi-aride du Texas.

Malgré plusieurs récoltes difficiles, il n’a jamais laissé tomber son rêve américain. Sa production est récoltée au Texas à base de cépages principaux de Bordelais. Calais Winery produit environ 2 500 caisses par an (30 000 bouteilles) et possède près de 7 hectares de vignes. “C’est évident que cela n’aurait pas été possible en France, il n’y a plus trop d’espace pour créer une petite exploitation. Le Texas était parfait, car il y a un aspect très libre. Il n’y a pas énormément d’endroits sur la planète où c’est encore réalisable”.

Le Texas est composé essentiellement de petits producteurs, ce qui réjouit le Français : “Nous vendons l’intégralité de notre vin par notre cave, ce qui est le rêve de nombreux exploitants en France. Nous avons une relation avec l’intégralité de nos clients”, s’enthousiasme-t-il. Après onze ans au Texas, le passionné souhaite désormais participer à l’amélioration de la qualité du vin texan, en plein essor.