À Salem, entre sorcières et maisons hantées

crédit: John Andrews / Destination Salem (salem.org)

L’approche d’Halloween est marquée aux Etats-Unis par des traditions immuables. Jack-o-lanterns et autres décorations macabres peuplent les jardins, porches et fenêtres. Les enfants préparent leurs costumes pour être prêts, le jour d’Halloween (31 octobre), à collecter des bonbons de porte à porte.

Et pour quelques centaines de milliers d’Américains, il est aussi rituel de visiter Salem, ville portuaire du Massachusetts, où la célébration d’Halloween s’étend sur un mois. Selon l’organisation Destination Salem, plus de 500 000 personnes visitent Salem pendant le seul mois d’octobre, autant que pendant les autres 11 mois de l’année.

La ville de Salem, Massachusetts est connue avant tout pour un épisode tristement célèbre de l’époque coloniale américaine : le procès des sorcières de Salem. En 1692 et 1693, les autorités puritaines locales accusaient de sorcellerie plus de 200 habitants de la région. Au terme de nombreux emprisonnements et procès, dix-neuf des accusés (14 femmes et 5 hommes) étaient pendus publiquement. Un autre était lui condamné à la “peine forte et dure”, qui consistait à torturer et tuer l’accusé en l’écrasant progressivement avec de grosses pierres. Restée depuis dans l’histoire et dans l’imaginaire collectif comme la “ville des sorcières” (“Witch City”), Salem est devenue au XXe siècle une destination de choix pour Halloween.

Spectacles, foires et maisons hantées

Depuis 1982, la ville de Salem accueille pendant tout le mois d’octobre un grand festival appelé Haunted Happenings. Chaque jour, la ville est animée par de très nombreux événements, dont une série de projections de films d’horreur, concerts et lectures sous la houlette de Salem Horror Fest. En parallèle, a lieu une foire dédiée à la voyance et à la sorcellerie, The Salem Psychic Fair & Witches’ Market, et le Festival of the Dead, pendant lequel on peut apprendre entre autre à communiquer avec les morts ou simplement dîner avec eux. Le Festival of the Dead s’achève chaque année avec un grand bal masqué à l’hôtel Hawthorne, et un grand feu d’artifice clôture Haunted Happening le 31 octobre, jour de Halloween.

De nombreuses autres activités sont proposées aux visiteurs de tout âge dans les rues du centre-ville et dans le Haunted Neighborhood (quartier hanté) sur Derby Street et Liberty Street. S’y trouve notamment le Salem Wax Museum et la maison hantée Frankenstein Castle, une des attractions favorites des enfants. Des visites guidées sont aussi organisées de nuit pour partir à la découverte de l’histoire de la ville et de ses recoins les plus effrayants. Les plus populaires sont le Candlelit Ghostly Walking Tour, le Voodoo, Vampires and Ghosts Tour, et le Haunted Footsteps Ghost Tour.

Côté culture

Salem recèle aussi plusieurs musées retraçant son histoire et les fameux procès de sorcières. Le plus visité de ces musées, le Salem Witch Museum, n’est en fait pas le plus intéressant. Impressionnant de l’extérieur, ce bâtiment pseudo-gothique aux vitraux rouges déçoit par son contenu ; il présente simplement l’histoire des procès à travers un spectacle de 45 minutes figurant des mannequins de cire.

Mieux vaut se rendre directement à la Witch House, qui est la seule maison de Salem ayant un lien direct avec les fameux procès de sorcières. Construite entre 1620 et 1642, cette austère maison de bois n’appartenait pas à l’une des “sorcières” — comme son nom le laisse penser —, mais à Jonathan Corwin, l’un des juges les ayant condamnées. C’est aujourd’hui un musée où sont conservés mobilier et objets de l’époque coloniale. On y apprend beaucoup sur la vie quotidienne des colons puritains, ainsi que sur les croyances qui ont les conduits à accuser de sorcellerie certains habitants de la région.

Une autre maison coloniale, remarquable pour son architecture, intéressera aussi les amateurs de littérature et de théâtre. Il s’agit de la House of the Seven Gables, qui borde le port de Salem. Cet hôtel particulier construit en 1668 a inspiré le roman gothique de Nathaniel Hawthorne publié en 1851 et lui-même titré The House of the Seven Gables (La Maison aux sept pignons). On peut aujourd’hui visiter la maison et ses dépendances pour en apprendre plus sur Hawthorne, son œuvre et son temps. Pendant tout le mois d’octobre, y sont présentées deux courtes pièces de théâtre, l’une basée sur La Maison aux sept pignons, l’autre sur la vie de John Hathorne, l’un des juges ayant condamné les “sorcières” et arrière-grand-père de Nathaniel Hawthorne.

Nous recommandons aussi à tous ceux qui s’intéressent à l’art de visiter le Peabody Essex Museum (PEM), même si celui-ci ne présente aucune exposition liée aux procès des sorcières ou à Halloween. Ce grand musée d’art est renommé pour ses collections d’art américain de l’époque coloniale à aujourd’hui, ainsi que d’art asiatique. Y sont aussi organisées d’excellentes expositions temporaires.

Comment s’y rendre

Située à 24 km au nord de Boston, Salem est facilement accessible par la route depuis la capitale du Massachusetts. Il est aussi possible de s’y rendre en train, au départ de North Station à Boston. Mais le moyen le plus amusant de voyager entre Boston et Salem est le ferry au départ de Long Wharf, en service jusqu’au 31 octobre.