A Los Angeles, un musée des coeurs brisés et des amants éconduits

Infos pratiques

The Museum of Broken Relationships

6751 Hollywood Blvd, Los Angeles


$18 adultes, $15 étudiants

Site ici

Sortez les mouchoirs : un musée dédié aux “broken relationships” a ouvert ses portes début juin à côté du Walk of fame, à Hollywood. On pourrait croire que c’est le premier, mais non : un autre musée consacré aux ruptures amoureuses existe à Zagreb, en Croatie, depuis 2010.

Dans cet espace sobre et lumineux, les stars hollywoodiennes sont absentes. Le musée n’expose que les histoires intimes d’anonymes prêts à partager cette expérience universelle : le chagrin d’amour.

Le principe est simple : un objet et un texte. « Tout le monde a conservé quelque chose, ou connait quelqu’un qui a conservé quelque chose après une rupture », explique Amanda Vandenberg, co-directrice du Museum of broken relationships de Los Angeles.

Museum of Broken Relationships

Le bouche à oreille a suffi pour que 350 objets accompagnés d’une lettre arrivent de partout aux Etats-Unis. Après un tri subjectif, 100 ont été retenus pour l’exposition : du briquet Zippo à l’ustensile de cuisine, en passant par une guitare, un appareil photo, des poèmes, des dessins ou un pot de concombres.

Les textes ont parfois des allures de romans, d’autres tranchent comme un coup de rasoir. « J’ai détesté cet état et l’état dans lequel tu m’as mis », dit un mot placé à côté d’une plaque d’immatriculation du Texas. « La bouteille était à boire pour le jour où nous allions quitter nos conjoints » raconte un autre, placé près d’une bouteille de vin non entamée.

“J’aime comment chaque objet simple cache une histoire, et chaque histoire est… wow !”,  s’étonne Jacklyn, qui visite le musée des cœurs brisés à peine débarquée de Singapour. « Il y a cette robe chinoise, j’ai l’impression d’être en résonance avec ce qu’elle raconte », confie-telle. La robe est le vestige d’une passion adolescente entre une jeune fille de 14 ans et un garçon tourmenté qui finit par se suicider.

Museum of Broken Relationships

David, originaire de l’état de New York, est venu accompagné de sa petite amie. “C’est intéressant de regarder comment d’autres gens ont géré ce genre de crise, que tout le monde traverse, nous dit-il. Vous pouvez entrevoir les raisons qui ont fait que la relation a échoué. Et peut peut-être mieux traverser les crises que vous vivez vous-même.” Liz, son amie, avoue avoir réfléchi à l’objet qu’elle amènerait si elle se séparait de David – « mais c’est très difficile à imaginer quand on est très amoureux », glisse-t-elle.

Le musée est né grâce à John B. Quinn, un avocat de renom tombé en arrêt devant le musée de Zagreb et qui a décidé de créer le même dans sa ville, Los Angeles. Tout comme à Zagreb, le musée est doté d’un confessionnal caché au fond de la salle principale où vous êtes invité à vous livrer dans un cahier blanc.

En à peine trois semaines, le livre s’est déjà rempli d’écritures. Petit florilège non exhaustif de témoignages trouvés à l’intérieur du carnet : « On s’aimait, mais c’est tout ce qu’on avait en commun » ;  « la chose la plus cruelle au monde est de désirer quelqu’un qui ne vous désire pas » ;  « il ne se rappelait jamais mon anniversaire » ;  « fuck you, fuck you, a million times fuck you ».

Infos pratiques

The Museum of Broken Relationships

6751 Hollywood Blvd, Los Angeles


$18 adultes, $15 étudiants

Site ici