À Brooklyn, un chef-pompier remporte le concours du cassoulet

Loin de son Occitanie natale, le cassoulet était à l’honneur samedi 26 janvier au Biba of Williamsburg à Brooklyn.

Cette année, le jury de professionnels du 11e Cassoulet Cookoff, compétition de cassoulet organisée par le restaurateur américain Jimmy Carbone, a jeté son dévolu sur la préparation pour le moins originale d’Eric Howard et de Dallas Carlson, qui détrône celle de l’avocate Alana Szemer, gagnante des deux éditions précédentes.

Dans une ambiance chaleureuse, les onze chefs (professionnels et amateurs) en compétition ont proposé à quelque 200 visiteurs leurs versions du cassoulet, d’une recette américaine à la sauce barbecue à un cassoulet asiatique en passant par une variante au chou.

« On a voulu interpréter le plat à notre façon », raconte Eric Howard, pompier de New York et passionné de cuisine. « On a haché de la saucisse à la sauge, de la poitrine de canard et du confit avant de les mélanger aux haricots », commente le vainqueur jovial, en duo avec Dallas Carlson, chef professionnel au New York Marriott Marquis. La tandem a aussi ajouté de la poitrine de porc, des champignons shiitake, des pleurotes et garni le tout d’une chapelure au foie gras avec, en guide d’accompagnement, des crostini à la moutarde à l’ail et au champagne Pommery.

Pour Eric Howard, qui compte revenir l’an prochain pour défendre son titre, le cassoulet est « un plat convivial qui réunit les gens ». Et de conclure : « C’est vraiment le plat parfait pour une journée d’hiver froide à New York ».

Le Prix du Public, donné par le candidat au poste de “Public advocate” Rafael Espinal, a été remis au chef Noah Sheetz, co-fondateur de l’organisation Chefs Consortium qui fait la promotion de l’agriculture locale.

Cette année, l’événement a pris de l’ampleur, explique Jimmy Carbone. « Ça nous a permis d’inclure des nouveautés, comme par exemple davantage de producteurs de cidre, de bière artisanale et de liqueurs », détaille l’organisateur.

A l’origine de cette compétition hors du commun : un buzz des équipes de Canal+ sur Times Square le soir de l’élection de Barack Obama en 2008. Ils ont rendu le plat célèbre aux Etats-Unis en brandissant une banderole mentionnant le mot « cassoulet ». Un geste, remarqué par Jimmy Carbone, qui a généré de nombreuses recherches sur le cassoulet sur Google.

Jimmy Carbone constate que le cassoulet attire une nouvelle génération d’amateurs : « Il y a onze ans, le public était plus âgé. C’était le même qui fréquentait les restaurants français très connus dans les années 1970 à New York. Aujourd’hui, on voit beaucoup de gens plus jeunes qui s’intéressent à différents types de cuisine. »