3 jours à Mexico City

La cathédrale métropolitaine de l'Assomption de la Très Sainte Vierge Marie au Ciel © Diego Grandi

Details


  • Voyage : vols directs depuis LA ou SF (entre 3h30 et 5 heures, de 300 à 600 $). De NYC, mêmes tarifs avec souvent une escale (5 heures en direct, 7 avec escale). De Miami, les directs mettent moins de 4 heures pour quelque 300 $.

  • Météo: ensoleillée et températures douces. Saison des pluies, de juin à octobre.

  • Monnaie: 1 pesos ≃ 0,053 dollars. Prix locaux très abordables.

  • Utile: quartiers à éviter, transports à privilégier, comportements à adopter ou infos sur les séismes, tous les conseils sur le site du gouvernement.

  • Astuce : les transports en commun sont peu coûteux, mais pour gagner du temps, les applications de chauffeurs privés sont efficaces et très bon marché.

Sale, polluée, bruyante ou dangereuse, autant de mots qui ont collé longtemps à la peau de Mexico City. Une mauvaise réputation qui a laissé place ces dernières années à une attractivité croissante. Berceau de l’histoire de l’hémisphère Ouest, la capitale du Mexique, située à 2300 mètres d’altitude, offre une scène culturelle et folklorique uniques. Sa créativité débordante, son ambiance cosmopolite, ses traditions ancestrales ou ses spécialités attirent.

Fondée par les Aztèques au XIIIème siècle, la ville passe aux mains des conquistadors espagnols au XVIème. Ils y règneront jusqu’à l’indépendance, en 1821. Les décennies suivantes seront marquées par des bouleversements politiques incessants, notamment, la prise de la ville par des troupes américaines puis françaises, à la fin du XIXème siècle.

Cette histoire mouvementée se retrouve partout dans Mexico. Des vestiges archéologiques aux maisons coloniales. Étalée sur 1500 km2, impossible de tout explorer en trois jours, mais on peut découvrir les sites emblématiques qui font vibrer la mégalopole de 22 millions d’habitants. Comment ? Grâce à cette sélection d’incontournables.

JOUR 1

Commencez par le quartier Zocalo, cœur politique, culturel et historique de la ville. La cathédrale métropolitaine, édifice baroque et néoclassique majestueux, domine la Plaza de la Constitución. Profitez de l’ambiance festive et musicale de la place puis dirigez-vous vers les ruines du Templo Mayor. Ce complexe archéologique offre un aperçu de la civilisation Aztèque. Dans la continuité, passez au Palais National, siège du pouvoir exécutif, et admirez les immenses fresques murales peintes par Diego Rivera entre 1941 et 1952. Remontez ensuite jusqu’au Palais des Beaux-Arts, bâtiment art nouveau à la déco extravagante.

Pour la pause déjeuner, direction le charmant Bois de Chapultepec pour un pique-nique au vert. C’est le plus grand parc urbain d’Amérique Latine. On y trouve des lacs, des ruines préhispaniques, un château (ancienne demeure de l’Empereur Maximilien de Habsbourg), un zoo et de nombreux musées. Le Musée National d’Anthropologie est un joyau à ne pas manquer. Il retrace l’histoire du Mexique à travers ses découvertes archéologiques majeures (aztèques, toltèques, mayas…).

Terminez la journée dans la Condesa, quartier art déco élégant, ou celui de la Roma, plus bohème. Deux endroits tendance où se restaurer et se loger.

Pyramides de Teotihuacan © Jeanne Moulin

JOUR 2 

À 50 kilomètres de Mexico, se trouvent les vestiges d’une cité fondée aux alentours de 200 avant JC : Theotihuacan. On peut s’y rendre en bus pour 3 dollars (à partir du terminal Del Norte). Et ça vaut le détour. On y trouve certaines des plus grandes pyramides construites en Amérique pré-hispanique. Si des mystères demeurent sur sa population, ses origines ou son déclin, l’influence de sa civilisation ne fait aucun doute. Le lieu comptait à son apogée 200 000 personnes. On peut aujourd’hui grimper sur les Pyramides du Soleil ou de la Lune, arpenter l’Allée des Morts et y voir des peintures.

Après une demi-journée sur place, rentrez flâner dans le quartier que vous n’aurez pas fait la veille, Roma ou Condesa. Entrez dans les nombreuses boutiques et prenez le temps de goûter les spécialités locales : ceviches, tacos à la viande cuite à la broche, quesadillas, pozole, mezcal, tequila ou gâteau aux trois laits.

La Casa Azul de Frida Kahlo © Jeanne Moulin

JOUR 3

Pour ce dernier jour, optez pour une vadrouille bucolique dans le quartier de Coyocan, une oasis tranquille aux allures de petit village. Au programme : rues étroites, maisons coloniales, jardins verdoyants, places animées, kiosque central, lieux de cultes, terrasses et visites inspirantes.

Parmi elles, l’ancien couvent de San Juan Bautista qui abrite un cloître et un musée. À 10 minutes à pied se trouve la Casa Azul, maison familiale de Frida Kahlo. Toiles inédites, objets personnels ou correspondance… on plonge dans l’univers de l’artiste. Réservez vos billets à l’avance afin d’éviter les longues files d’attente. Non loin, faites aussi un arrêt au musée de la maison de Léon Trotsky.

Enfin, achevez cette excursion en vous perdant dans les allées du marché artisanal de Coyoacan. On y trouve de tout. Fruits, légumes, poissons, viandes, bijoux, vêtements ou décoration. Idéal pour ramener des souvenirs traditionnels au goût de cette ville haute en couleurs.

Details


  • Voyage : vols directs depuis LA ou SF (entre 3h30 et 5 heures, de 300 à 600 $). De NYC, mêmes tarifs avec souvent une escale (5 heures en direct, 7 avec escale). De Miami, les directs mettent moins de 4 heures pour quelque 300 $.

  • Météo: ensoleillée et températures douces. Saison des pluies, de juin à octobre.

  • Monnaie: 1 pesos ≃ 0,053 dollars. Prix locaux très abordables.

  • Utile: quartiers à éviter, transports à privilégier, comportements à adopter ou infos sur les séismes, tous les conseils sur le site du gouvernement.

  • Astuce : les transports en commun sont peu coûteux, mais pour gagner du temps, les applications de chauffeurs privés sont efficaces et très bon marché.