Pourquoi le 1er étage français correspond-il au 2ème étage américain ?

Si vous demandez à un Américain combien d’étages compte l’Empire State Building, il vous répondra 103. Mais si c’est un Français qui compte, il n’en trouvera que 102. On sait tous que le premier étage français correspond en effet au second aux États-Unis. Pourquoi ? C’est la question bête de la semaine.

Simple question de traduction direz-vous? Il est vrai que l’on considère communément en français que l’étage suppose une élévation, quand le “floor” américain (ou “story” ou “storey” en anglais britannique) désigne tout niveau, y compris le rez-de-chaussée. On dit d’ailleurs couramment «à l’étage» pour désigner la partie supérieure d’une habitation à deux niveaux.

Problème: les dictionnaires français compliquent l’affaire… Ils se contentent de définir étage comme suit: “espace entre deux planchers”. Ce qui semble suggérer que le rez-de-chaussée serait aussi un étage, avec un nom particulier.

Alors? Alors… la différence est plus culturelle que linguistique. La preuve: les Britanniques ont eux aussi un système de numérotation des étages différent des Américains. Le “first floor (ou storey)” britannique est au même niveau que le 1er français, donc au niveau du “second floor” américain… Vous suivez toujours?

En réalité, la majorité des pays européens (à l’exception notable de la Russie), ont un nom spécifique pour le niveau du sol – le rez-de-chaussée français – puis comptent les étages supérieurs à partir du numéro 1. Cette pratique remonterait au Moyen-Age et n’a pas été reprise par les Américains lorsqu’ils ont commencé à élever leurs villes. Dès lors, même lorsque le rez-de-chaussée est appelé “ground floor”, il est suivi du “second floor”. Et tout le monde comprend…

Si vous lisez ceci au Québec, vous savez que les choses y sont encore plus compliquées, puisque les deux systèmes cohabitent. Ce qui aboutit parfois à passer directement du rez-de-chaussée au deuxième étage. Mais c’est une autre histoire…