« Sarko l’Américain attise de dangereuses passions anti-immigration »

Les récentes mesures sur l’immigration annoncées par Nicolas Sarkozy font parler d’elles dans les médias américains. Dans un édito du New York Times intitulé “Xénophobie : chasser les Non Français”, le journaliste souligne que celui qui aime se faire appeler “ Sarko l’Américain” attise  de dangereuses passions anti-immigration”. Il rappelle que “la France n’a pas d’équivalent au 14ème amendement de la constitution américaine” (qui garantit la citoyenneté à toute personne née aux États-Unis, et garantit l’égale protection de tous ceux qui se trouvent sur son territoire). Nicolas Sarkozy a proposé la semaine dernière de retirer la citoyenneté française aux Français nés à l’étranger s’ils sont reconnus coupables de menacer la vie d’un agent de police ou de crime grave. Steven Erlanger souligne que :« Quelques jours plus tôt, il avait promis de détruire les camps de Roms et de les renvoyer dans leur pays d’origine, principalement la Roumanie et la Bulgarie. Ces deux pays étant membres de l’Union européenne,  des centaines de milliers de personne habitants en France en toute légalité, risquent désormais d’être expulsés par la police.” Le journaliste du New York Time ironise : »Tout cela dans un pays qui a longtemps fièrement arboré le principe d’égalité de tous les citoyens français – de souche ou naturalisés”. Il ajoute “ cela vaut pour son père d’origine hongroise, et son épouse d’origine italienne, citoyens naturalisés Français.”

Toujours dans le New York Times, le journaliste Steven Erlanger en remet une couche. Il critique les mesures prises suites aux émeutes dans le quartier de Villeneuve près de Grenoble. “La police anti-émeute nationale a répondu avec des engins Robocop” se moque le journaliste.”Et le président Nicolas Sarkozy a très vite fait de l’événement un symbole d’une nouvelle campagne pour sévir sur l’immigration et la criminalité” ajoute t-il. Alors que le Président a largement été critiqué par la gauche, “le Parti Socialiste n’a malgré tout rien eu de bien concret à répondre”, ajoute Steven Erlanger.

Commentaires