Pourquoi y-a-t-il des demoiselles d’honneur aux Etats-Unis?

Elles peuvent être deux, comme une vingtaine, mais elles sont là. Robe couleur pastel, bouquet de fleurs à la main et accessoires assortis, les demoiselles d’honneur, vues et revues dans les comédies sentimentales américaines, sont une institution aux Etats-Unis. La fameuse tradition des “bridesmaids” ( “servantes de la mariée” ) – peu pratiquée en France – reste indémodable dans les mariages américains. Pourquoi?

Particulièrement mises en avant dans les pays anglo-saxons, ces jeunes filles ont un rôle bien défini, qui trouve son origine dans l’antiquité romaine. “Aux Etats-Unis, la tradition des demoiselles d’honneur existe depuis toujours, explique Cristina Verger, organisatrice de mariages à New York, mais en réalité elle provient d’une loi de l’antiquité romaine, qui exigeait que les mariés aient plusieurs témoins à leur mariage”.

A l’origine,  pour des raisons de superstition, la mariée se rendait à l’église accompagnée d’un cortège de jeunes filles du même âge et habillées de façon identique, de manière à « duper les mauvais esprits » susceptibles de s’en prendre à l’heureuse élue. La fameuse loi romaine exigeait ainsi que les époux soient accompagnés d’un cortège de dix témoins chacun lors de la cérémonie. Une coutume qui s’est renforcée dans les pays anglo-saxons à partir du XVIIIème siècle, et qui s’explique également « par des facteurs sociaux » selon Cristina Verger.

“A l’époque aux Etats-Unis, la taille du cortège des demoiselles d’honneur était calculée de manière à représenter le statut social et la richesse de la famille. Il était impensable pour une famille de la haute-société, de faire une cérémonie de mariage sans cortège”. De manière plus officieuse, le cercle familial proche de la mariée espérait également mettre en avant certaines jeunes filles du même âge, elles aussi à la recherche d’un époux.

Plus largement, cette tradition correspond historiquement à un agrandissement du cercle autorisé à accompagner les futurs époux lors du mariage. A l’aube de la jeune République américaine, les mariages se faisaient en cercles restreints. Au fur et à mesure que l’Etat s’est construit, le nombre de personnes autorisées à être témoins du mariage s’est agrandit. “Au début du XIXeme siècle, les gouvernements fédérés et fédéral ont affirmé leur rôle de superviseur des mariages pratiqués dans le pays et le nombre de témoins s’est agrandi” , écrit l’historienne Elizabeth Freeman, auteure de The Wedding Complex.

L’émergence de l’industrie de “wedding planners” dans les années 70, sur fond de demande croissante pour l’individualisation des mariages née changements sociaux des années 60, a consolidé la place de la demoiselle d’honneur et du “best man” dans les cérémonies américaines. Aujourd’hui, le rôle des demoiselles d’honneur revêt un aspect beaucoup plus ludique. Choisies parmi le cercles d’amies proches de la mariée, “elles sont là essentiellement pour le soutien moral de la mariée le jour du mariage, et tiennent un rôle essentiel dans les préparatifs du mariage, notamment pour l’enterrement de la vie de jeune fille, ce qui est complètement nouveau”, explique Cristina Verger. En effet, de la fameuse soirée ” entre filles”, au discours du dîner de mariage, en passant par la coiffure et le maquillage de la mariée, les demoiselles d’honneur sont sur tous les fronts.