Le gouvernement travaille sur une mimolette modifiée pour les Etats-Unis

IMG_1970

La mimolette, interdite aux Etats-Unis depuis mars, pourrait revenir sous une forme modifiée. Telle est l’idée avancée le 2 juillet par Guillaume Garot, ministre délégué en charge de l’agroalimentaire, en marge de sa visite de la Public School 499, dans le Queens (New York).

« Nous travaillons à surmonter cette barrière sanitaire, avec les industriels français. Nous réfléchissons à changer le processus de vieillissement, afin de limiter la présence d’acariens sur la croute de la mimolette vieille, jugée excessive par les autorités américaines. La croute pourrait être brossée ou cirée», suggère le ministre. Mais que les puristes se rassurent : « Cela ne concernerait que les mimolettes pour l’export».

De passage à New York, l’ancien maire de Laval venait prendre connaissance du programme SchoolFood, un dispositif qui vise à améliorer la qualité des repas dans les écoles new-yorkaises. Il a annoncé la signature d’ici la fin de l’année d’une convention entre la France et le département d’Education de la ville de New York. Objectif : “Echanger sur les bonnes pratiques et les formations autour de la nourriture à l’école”.

Attablé à la cantine de PS 499, devant son plateau à alvéoles en polystyrène rempli de brocolis, poulet, tomates et melon, Guillaume Garot a vanté la qualité du repas. « C’est simple et savoureux », approuve-t-il armé d’une petite fourchette en plastique, reconnaissant tout de même qu’il préfère « les vraies assiettes et les vrais couverts ». Les Etats-Unis sont pourtant rarement cités comme modèles en matière d’alimentation à l’école. Au contraire, ces établissements sont souvent accusés de fournir des repas peu équilibrés et peu variés, comme l’a pointé Karen Le Billon, dans un livre qui vante les menus des cantines françaises.

La ville de New York veut changer cette mauvaise image. « Nous sommes leaders du pays en matière de réforme des menus scolaires », soutient Denis Walcott, chancelier du département d’Education de New York. « Nous avons éliminé toutes les graisses saturées, réduit le taux de sel dans les menus. Nous avons installé des ‘salad bars’ dans toutes les écoles. » Une idée que Guillaume Garot a d’ailleurs cité comme un exemple d’initiative à exporter en France.

En visite à Eataly

La veille, le ministre avait trouvé une autre source d’inspiration pour sa politique. Il s’est rendu à Eataly, un espace mi food-court, mi foire gastronomique qui rassemble des épiceries, charcuteries et restaurants italiens. « C’est une excellente initiative. Je veux travailler sur un concept équivalent pour la France, et rapprocher les différents acteurs. Mais c’est un dossier complexe. L’idée avait été lancée il y a quelques années sans aboutir. Il faudra que nous mettions de la persévérance ! »

Commentaires

  • kwade9

    On croit rêver !