A NoLIta, des lunettes « made in Jura »

08

Chez l’opticien Anne & Valentin, on ne voit presque pas de lunettes. Ou plutôt, les centaines de paires en vente sont soigneusement rangées dans de grands tiroirs en bois, par choix.

« C’est une philosophie de vente: quand on reçoit nos clients, on aime bien découvrir qui ils sont, leur rapport à l’objet et ce qu’ils en font, pour répondre à leurs attentes et aussi les surprendre« , explique Gabriel Gestin, responsable du magasin avec Rama Valentin, le fils des deux fondateurs Anne et Alain Valentin.

Cela fait deux petits mois que les deux hommes accueillent les New-Yorkais dans le local de la marque à NoLIta, le premier aux Etats-Unis. Le projet a mis environ un an à prendre forme pour cause de travaux intensifs. A l’origine des montures raffinées, Anne et Alain Valentin, un couple déçu de ne pas trouver ce qu’ils voulaient sur le marché. Ils lancent leur première collection à Toulouse en 1984, des créations originales, colorées mais aussi et surtout des objets ergonomiques et adaptés à ceux qui les portent. « On fabrique les lunettes avec l’idée que le client va vivre avec« , précise Anne Valentin.

Rama Valentin, lui, est arrivé il y a une quinzaine d’années aux Etats-Unis pour développer la marque sur le continent américain. Les Etats-Unis constituent désormais le premier marché d’export pour la compagnie, dont plus de la moitié du chiffre d’affaires est réalisé à l’étranger. Rama Valentin dit avoir travaillé avec les meilleurs opticiens indépendants du pays et, constatant la notoriété croissante de ces lunettes « made in France« , il s’est associé à Gabriel Gestin, alors installé à Los Angeles depuis six ans, pour faire naître la boutique new-yorkaise.

Rama Valentin insiste sur l’importance de la touche française: tout est « fait main » dans le Jura. « On met vraiment en avant le bon goût français, sans virer dans le snob« , raconte-t-il. Leur nouvelle boutique, installée dans un quartier très « tendance », attire. Les deux responsables remarquent dans un sourire la différence entre le client français et le client américain, « beaucoup plus amoureux de lunettes ». « Il a souvent plusieurs paires et les voit comme un véritable accessoire !« .

 

 

Commentaires