Marine Le Pen: « Les Français à l’étranger restent Français »

French Morning :  Vous rencontrez les Français de New York vendredi. Qu’allez-vous leur dire?

Marine Le Pen : Je dois d’abord leur faire un état de la situation en France, des perspectives de cette élection présidentielle, la voie dans laquelle la France est aujourd’hui tournée, les problématiques qui sont celles de l’Union européenne et les choix qui sont proposés. Il n’y en a pas cinquante: il y a le choix de l’UMP et du PS avec l’intégration européenne et une cure d’austérité extrêmement lourde à la clé. Ou l’autre choix économique que je défends depuis des années. Cela intéresse les Français des Etats-Unis car un jour ils rentreront peut-être en France. Il est nécessaire que nous en parlions.

FM : Votre objectif à terme est-il qu’ils reviennent en France ?

MLP : Mon objectif est de leur demander de voter de telle manière que les Français qui restent en France puisse le faire dans les meilleures conditions possibles. Je ne veux pas que les Français restent coincés en France. Je voudrais que la France soit un lieu où il fait bon vivre. Or aujourd’hui, c’est un lieu où il est de plus en plus difficile de vivre correctement. C’est très bien d’avoir la possibilité d’aller vivre à l’étranger, mais il ne faudrait pas être contraint de le faire. Or, je m’aperçois que beaucoup de jeunes français s’expatrient non pas parce qu’ils en ont le désir, mais parce qu’ils pensent que c’est la meilleure manière de pouvoir se construire une meilleure vie. C’est inquiétant. Tous les Français à l’étranger restent Français. Ils ont une parcelle de responsabilité dans ce que notre pays va devenir et les contours qu’il va avoir pour nos compatriotes qui vivent en France.

FM : Pour l’heure, la gratuité de l’enseignement dans les établissements français à l’étranger est réservée aux classes de niveau lycée. Souhaitez vous que ces mesures de gratuité soient étendues ?

MLP : Les Français devraient pouvoir envoyer leurs enfants gratuitement dans les établissements français à l’étranger. Ca me parait correspondre à l’importance que j’accorde à l’influence de la pensée, la culture et l’identité française. Et à l’égalité entre les citoyens. Les Français qui vont à l’étranger le font de manière transitoire. Il faut qu’ils aient les mêmes possibilités en matière d’éducation et d’enseignement pour leurs enfants que les Français en France.

Commentaires