“Make Music Winter”: des cortèges musicaux participatifs pour les fêtes

Soho-Gamelan-Walk-2011-hi-res-photo-by-Daniel-BrooksSoho Gamelan Walk 2011 - Photo: Daniel Brooks

Vous avez un peu de mal à comprendre l’engouement américain pour les chants de noël ? Rassurez-vous, eux-aussi. C’est pourquoi « Make Music Winter », une version moderne et participative de la musique de Noël, est né.

L’idée est simple, il s’agit de faire de la musique moderne, dehors et ensemble, que l’on soit artiste ou non, pour célébrer  l’hiver, Noël et le Nouvel an. Cela se passe donc le 21 décembre, premier jour de l’hiver et le principe est le suivant : onze défilés musicaux sont organisés dans les rues de New York, de Brooklyn à Harlem. A vous de choisir le vôtre, et de bien vous couvrir !

Parmi les défilés: « Village in Volume », dans  Greenwich Village, où vous serez invités à souffler dans des tubes afin d’accompagner les percussionnistes qui mèneront la marche. Il y a aussi « Bell by Bell » de Tom Peyton, qui distribuera aux 50 premiers arrivants des cloches colorées et équipées d’une lumière, à agiter en fonction des indications très simples des chefs d’orchestre situés à l’avant. Vous jouerez ainsi des compositions contemporaines tout en vous promenant à travers l’East Village. Ou encore «Peregrine » de l’artiste Phil Kline, qui démarrera en face du BAM, à Brooklyn et se dirigera vers Fort Greene. Les 50 premiers arrivants recevront un poste à radiocassette ; et le défilé sera fait de sons électroniques !

C’est d’ailleurs grâce à Phil Kline que tout a commencé. Cet artiste servit d’inspiration au fondateur de « Make Music Winter », Aaron Friedman, accessoirement le papa de la Fête de la Musique new-yorkaise. Le New-Yorkais eut l’idée de ce festival – lancé en 2011 – après s’être rendu à la désormais célèbre « Unsilent Night » de Phil Kline, pendant laquelle il invite le public à créer de la musique avec des radiocassettes (la 21ème édition a lieu ce samedi 15 décembre à New York et à travers le pays). « C’est beau et  surprenant, cela attire des centaines de personnes à Washington Square, ce qui est plutôt rare pour un événement musical d’avant-garde. C’est aussi devenu une tradition de Noël !, analyse Aaron Friedman. Ces événements fonctionnent car ils attirent des gens qui, comme moi, ne sont pas passionnés par les chants de Noël traditionnels et qui ont envie d’autres moments musicaux qui rassemblent ».

Commentaires

  • Jeannine Braik

    Réunion haute en couleur et certainement très amusante car ne se connaissant pas et n’ayant aucun entraînement de groupe, le résultat doit être spectaculaire et pas toujours très mélodieux, mais que de souvenirs !