Le Super Bowl pour les nuls

Le match qui opposera les New York Giants aux New England Patriots de Boston, dimanche à Indianapolis, sera la quarante-sixième édition annuelle du Super Bowl. Très populaire aux Etats-Unis et retransmise sur la chaîne de télévision NBC, cette compétition fait s’affronter les vainqueurs des deux conférences pour le titre de champion de la National Football League (NFL). Elle peut parfois paraître complexe aux néophytes, surtout lorsqu’ils sont Européens et que leur seul contact avec le football américain s’est longtemps limité aux blockbusters et aux séries made in US.

Comment marquer des points

Le football américain n’est pourtant pas si éloigné du football et du rugby, sports dont il est issu. Un match dure soixante minutes et c’est un botté d’engagement (kickoff) qui entame chaque mi-temps. Le but du jeu est bien entendu de marquer des points, en portant le ballon ovale jusqu’à la zone d’en-but (end zone) adverse. Si le joueur tire le ballon au pied entre les poteaux, à la manière d’un rugbyman, on parle de field goal (3 points). S’il franchit la ligne de but avec le ballon, c’est un touchdown (6 points) qu’il s’agit alors de transformer, soit en renouvelant l’exploit (2 points), soit à la façon d’un field goal (1 point). Enfin, le safety (2 points) est accordé à l’équipe adverse si le porteur du ballon est plaqué dans sa propre zone d’en-but, commet une faute d’attaque ou sort des limites.

Le gagne-terrain

Le jeu se découpe en deux phases, la défense et l’attaque. Cette dernière est menée par le quarterback, joueur rendu célèbre de l’autre côté de l’Atlantique par son statut de leader et de super star dans les lycées et les universités américaines. Aux amateurs de rugby il rappellera sûrement le demi d’ouverture, mais le football américain leur paraîtra peut-être aussi quelque peu haché. Non seulement le jeu se divise en quart-temps –pour le plus grand bonheur des annonceurs-, mais l’attaque est en outre basée sur le principe de gagne-terrain. Lors de l’attaque, chaque équipe dispose en effet de quatre tentatives (downs) pour parcourir 10 yards (environ 9 mètres), faute de quoi, elle devra céder le ballon à l’équipe adverse : c’est un turnover on downs. Donc lorsque le commentateur dit “Second and 8″ cela signifie que l’on va jouer le deuxième down et qu’il reste 8 yard à parcourir pour atteindre le gain de 10 yards. “Third and goal” signifie qu’on en est au troisième down et que l’en-but est à moins de 10 yards.

Tactique

Ce jeu de gagne-terrain, ajouté aux remplacements illimités, a conduit les entraîneurs à développer des schémas tactiques extrêmement complexes. A tel point que le football américain est parfois comparé à un jeu d’échecs. Mais, pas de panique, on peut grosso modo distinguer trois stratégies pour faire avancer le ballon jusqu’à la zone d’en-but : en puissance, en rapidité ou en finesse, c’est-à dire en multipliant les feintes. Le choix des tactiques devrait être déterminant dimanche soir, les chances pour les deux équipes de remporter la compétition étant présentées comme plus ou moins équivalentes dans la presse américaine. Les New York Giants semblent néanmoins donnés – légèrement – favoris et, si cette prédiction se réalise, l’ambiance devrait être au rendez-vous dans les bars de New York.

Commentaires