Le meilleur du court métrage au BeFilm Festival

Pour la neuvième année consécutive, le BeFilm Festival propose le meilleur du court métrage à New York. En effet, plus d’une cinquantaine de films originaires de 21 pays différents seront diffusés lors du festival.

Derrière ce projet original et ambitieux, il y a Laurence Asseraf, Parisienne mais New-yorkaise d’adoption, qui a contribué à la renaissance artistique du quartier de TriBeCa en créant le festival en 2004 au sein de la galerie A Taste of Art. Il est vrai que le court métrage est un exercice cinématographique souvent boudé du grand public du fait du manque de moyens et de distribution. Mais avec son crédo « Shorter is Better »,  Laurence Asseraf entend bien promouvoir ces petits chefs-d’œuvre.

Au sein de la sélection, toujours éclectique, on retrouve une multitude de films de fiction et d’animation expérimentale, des documentaires ou des clips vidéo. Et puisqu’il faut vivre avec son temps, le public aura également l’occasion d’assister à des projections en 3D. Parmi les pépites présentées, il y a le film prometteur de la Française Agnès Calffin, « Scheherazade and the Kosher Delight », qui raconte l’histoire d’une femme d’origine maghrébine sans emploi qui décide de se faire passer pour juive pour travailler dans un restaurant casher. Autre trésor : le court métrage allemand de Max Zahle, « Raju », nommé aux Oscars, qui suit la vie d’un couple adoptant un enfant en Inde. Egalement au programme, le film argentin de Juan Pablo Zaramella, pré-sélectionné aux Oscars, « Luminaris », qui esquisse la vie d’un ouvrier travaillant à la chaîne dans une fabrique d’ampoules.

Infos pratiques : 

BeFilm Festival, du 24 au 28 avril, pour en savoir plus sur les horaires, les tarifs et les salles partenaires, consulter le site officiel

Commentaires