Enquête: conjoints d’expat, les galères de la carrière “bis”

Qui sont vraiment les “conjoints d’expat”? Nos amies de Femmexpat viennent de réaliser une grande enquête (3500 réponses!) sur eux et -surtout- elles. Objectif: mieux connaître l’impact de l’expatriation sur les couples et sur la carrière du conjoint “accompagnateur”.

Résultat: un portrait parfois surprenant d’accompagnateurs qui n’ont pas renoncé à leurs ambitions professionnelles mais font face à des nombreux obstacles. Voici les 10 questions sur lesquelles cette enquête permet d’y voir plus clair. Et les réponses de Femmexpat.

1/ Le taux d’hommes accompagnateurs en expatriation progresse-t-il ?

Non ! Heureusement nous avons collecté plus de 3500 réponses sinon nous n’y croirions pas nous même. L’expatriation est encore plus réfractaire à la parité que le Sénat français ! 9% seulement des conjoints accompagnateurs sont des hommes. Moins de 1/10, en 2015 ! Et la proportion n’est pas radicalement différente dans les jeunes générations. C’est stupéfiant mais c’est ainsi. Quelques débuts d’explication déjà pour que vous ne vous sentiez pas complétement déboussolées : le taux de femmes expatriées est plus élevé (entre 13 et 20% selon les études) mais beaucoup d’entre elles partent seules. Et puis les messieurs renâclent souvent à se faire  appeler conjoint accompagnateur ; ils se considèrent comme « un couple d’expatriés » même si c’est Madame qui a le contrat et qui les emmène. Nous en reparlerons !

2/ Les conjoints, tous sexes confondus, sont-ils prêts à sacrifier leur carrière ?

Non, pour la plupart. 80% d’entre eux veulent travailler pendant l’expatriation…

LIRE LA SUITE  et les réponses à ces 10 questions sur Femmexpat.