La French Touch du meuble

parasol1

Pour tout ceux qui n’ont pas les moyens de s’offrir des chaises Philippe Starck ou d’autres meubles de designers de renom, il y a « The French Design Company ».

A la baguette, la Française Laurence Dupin, fondatrice de la société en 2005. Cette entrepreneuse s’est spécialisée dans les répliques bon marché de grands noms. La fameuse chaise Philippe Starck? « Nous en proposons une réplique autour de 200 dollars. Nos luminaires en verre soufflé tournent autour de 200 à 600 dollars. Ce n’est évidemment pas accessible à tout le monde, mais étant donné qu’il s’agit de produits de créateurs, uniques, faits sur mesure, cela devient du design vraiment très abordable».

Laurence Dupin a travaillé pendant près d’une vingtaine d’année en France dans le secteur de l’ameublement de jardin, avant de tenter sa chance aux Etats-Unis. « Je suis partie avec un visa d’investisseur. Au début j’ai hésité entre la Californie et la Floride. Mais je n’ai pas du tout accroché avec Miami. L.A, au contraire, j’ai adoré. Le climat est formidable. Cela me rappelle la région de Marseille dont je suis originaire».

Son choix n’est pas seulement sentimental, mais aussi stratégique : l’usine de production avec laquelle elle a choisi de travailler pour sa collection permanente est située en Chine.

En tant qu’entrepreneuse française, elle peut compter sur « l’excellente image de marque de la France ». « Même si nous avons de sérieux concurrents européens en matière de design, la France est toujours associée ici au bon goût, à la culture. Et puis l’accent français séduit toujours. C’est un peu comme un gage d’authenticité ». 

Fin juin, elle lancera un nouveau site Internet proposant des meubles à prix préférentiels pour les Français. Deux types de produits seront en vente: la collection permanente de meubles d’intérieur, de jardin et d’accessoires importés d’Asie, et de nouveaux articles uniques conçus par des designers de l’Hexagone mais aussi des Italiens, des Espagnols, des Belges, des Danois ou encore des Norvégiens.

Commentaires