Christophe Navel, ni droite ni gauche

Christophe Navel a un parcours iconoclaste. En France, le Nantais au faux air de Garou a fait partie du comité organisateur des championnats du monde d’athlétisme à Paris. Installé à Québec City en 2004, il dirige Mouvement Humanisation, une association qui fait la promotion de « programmes d’humanisation fondés sur une science et un art de développement humain« . En 2011, il crée son entreprise de coursiers à vélo, Véli Coursiers Inc, pour laquelle il remporte le prix de l’entrepreneur français décerné par la chambre de commerce française, section Québec.

Aujourd’hui, il peut ajouter une ligne à son CV : candidat au siège de député des Français d’Amérique du Nord. M. Navel se présente avec l’étiquette « indépendant » par rejet du système de partis. «Ce qui fait la faiblesse d’un parti, c’est que les idées sont cloisonnées, déclare-t-il. La richesse d’un indépendant, c’est qu’il peut sortir du cloisonnement de droite ou de gauche

Son credo: « Il ne s’agit pas de reproduire la France à l’étranger». Au sujet du remboursement de la gratuité des frais de scolarité pour les élèves français de Seconde, Première, Terminale inscrits dans les établissements homologués par l’Education nationale, il estime que la mesure « coûte une fortune » aux contribuables français alors que l’« on a de la difficulté à maintenir des écoles dans nos petites villes et dans la ruralité ». Seuls les enfants d’expatriés professionnels, qui sont aux Etats-Unis de façon temporaire, devraient profiter du dispositif, car ils payent leurs impôts en France. « En dehors des expatriés professionnels, les Français qui sont partis ont fait le choix d’aller à l’étranger et donc de payer leurs impôts dans leur pays d’accueil », estime-t-il.

Il considère dépassée la réputation d’excellence de l’éducation française. « Faut arrêter de se pavaner. L’éducation à la québécoise est bien meilleure ». Il propose donc de moderniser les méthodes et supports d’éducation pour favoriser l’enseignement et la transmission de la langue. « Pour moi, un élève qui va à l’école et qu’on oblige à lire la Princesse de Clèves parce que c’est un classique, c’est une connerie. La notion de plaisir et d’épanouissement personnel, on ne la trouve pas en France ». Il souhaite notamment créer un réseau d’écoles francophones chapeauté par l’Office International de la Francophonie (OIF), ce qui, d’après lui, baisserait les coûts de scolarité en les répartissant entre tous les pays francophones.

Des réductions pour les Français de l’étranger

Concernant la fiscalité et les propositions récentes de certains candidats à la présidentielle de taxer les Français de l’étranger, il affirme que c’est une « marchandisation de la nationalité, une dérive morale extraordinaire, complètement irrationnelle ». Mais il admet qu’il faut tout de même aménager un statut fiscal spécifique pour que ceux qui le souhaitent puissent bénéficier de certains avantages comme la retraite ou les soins médicaux. Il souhaite d’ailleurs créer un statut des Français établis hors de France, qui leur donnerait accès à des réductions dans les musées ou sur les billets de trains en France par exemple.

M. Navel prévoit un nombre restreint de déplacements, compte-tenu de ses ressources limitées et de la taille de la circonscription. Il comptera sur son site Internet, à près de deux mois du premier tour.

Visiter le site de campagne de Christophe Navel 

Commentaires

  • Réaumur Sébastopol

    Quebec tout court, merci, en français.

  • Greg

    Je ne comprends pas ces ‘petits’ candidats ! Ils savent qu’il feront un score ridiculement faible, ils disent eux meme qu’il ne se déplaceront pas ! C’est un mépris pour les électeurs, un foutage de gueule pour les journalistes et une perte de temps pour tous. Messieurs Navel, Mike, Michon, Remondeau, s’il vous plait. Arretez

    • Eugenie Catta

      Parce que la politique elle est faite juste pour les « grands » ? Je pense qu’au contraire c’est très bien qu’il y est plusieurs candidats. Après tous, ils ont tous des idées à faire valoir. Les déplacements coûtent chers à tous les candidats. Si ils ne se déplacent pas ce n’est pas contre les électeurs..c’est un peu simple comme déduction. Puis les journalistes ? Il y a d’autres choses plus terribles auxquels ils sont soumis que le nombre de candidats aux législatives…

  • Pingback: Christophe Navel()